Alma

Sans titre 4

Année : 2019
Catégorie : Seinen
Genres : Science Fiction / Action
Dessinateur : Shinji MITO
Scénariste : Shinji MITO
Date de parution : 07/04/2021
Éditeur : Panini Manga
Édition en cours…

Tome 1 / Tome 2

C’est totalement par hasard que j’ai acheté ce manga, j’ai lu le résumé et de suite cela m’a parlé.
Et je ne me suis pas trompé car c’est un coup de cœur pour moi.
En plus j’ai été heureuse de découvrir qu’il s’agit d’une série courte puisqu’elle est en 4 tomes.

Sans titre 6

Tous les ingrédients sont là pour me plaire… une histoire intéressante et surtout un questionnement sur ce que nous sommes, sur l’âme, etc…
Alors oui, il s’agit d’un sujet récurrent de la science fiction, à savoir l’opposition humain / machine, mais je trouve que l’angle sous lequel c’est abordé est tout à fait intéressant.
Je trouve que l’auteur sait parfaitement trouver les mots et les situations pour nous toucher.
Les dessins quand à eux ne sont pas en reste, ils sont travaillés et détaillés, il suffit de regarder la jaquette pour comprendre… D’ailleurs on y retrouve même un effet, qui n’est pas sans rappeler celui sur les tomes de Last Hero Inuyashiki.

Présentation de l’éditeur :

Dans un monde en ruine d’où l’humanité semble avoir été éradiquée, Ray cherche désespérément d’autres survivants sous le regard inquiet de son amie Trice. Lorsqu’un attaquant venu du ciel tente de tuer Ray, Trice s’interpose et révèle au grand jour un secret caché depuis quinze ans… Commence alors pour le jeune homme un long voyage, guidé par les paroles de son amie.

L’auteur Mito Shinji a remporté en 2015, le prix du jeune talent Quatre saisons du magazine Afternoon (publié aux éditions Kodansha) pour son one-shot Allegro. Après une histoire courte en 2016, il se consacre à Alma prépublié dans le Weekly Young Jump entre 2019 et 2020. Dans cette œuvre d’anticipation où humains et machines s’affrontent sans merci, Mito Shinji fait cohabiter cet univers SF post apocalyptique avec le monde intérieur très poétique, et teinté d’humour, du héros.
( Source : https://www.panini.fr/shp_fra_fr/alma-1-falma001-fr02.html )

Vous pouvez retrouver un extrait sur la page Facebook de l’éditeur : ici.
Et si vous préférez le format vidéo :

Concernant l’auteur, je n’ai pas trouvé beaucoup plus d’informations, si ce n’est le titre de son œuvre précédente qui n’a pas été édité en France : Dareka no Sekai.

14

Je vous préviens par avance, cette œuvre m’ayant vraiment emportée, il y aura du spoil et de la réflexion personnelle.
Si cela ne vous intéresse pas, il suffit de ne pas lire…
Je ne sais pas vraiment comment exprimer autrement les choses.

Tome 1

Rare sont les mangas qui dès le premier chapitre m’ont fait cet effet là, je pense même que c’est le premier et même en relisant pour la seconde fois, les larmes coulent à nouveau…
Il faut dire que d’emblée nous sommes mis dans le bain, cette œuvre sera profonde et va sans doute nous pousser à nous interroger.
Bien évidemment une lecture simple peut être faite comme je l’ai fait remarquer à Monsieur, en se concentrant uniquement sur le côté « science fiction », mais moi j’y vois tout autre chose… et c’est ce qui me fait aimer ce genre littéraire.

Nous retrouvons Ray, un jeune humain de 15 ans dans une ville d’Europe de l’Est en ruine et sans âme qui vive à la ronde, sauf Trice qu’il connaît depuis aussi longtemps qu’il s’en souvienne et Lambda un étrange hamster partiellement organique. Ce jeune homme cherche désespérément à trouver d’autres de ses semblables et peut être des explications sur sa condition.
Un jour des personnes débarquent, et l’une d’elle, étonnée de voir un « survivant » se montre plutôt hostile. Trice s’interpose et Ray comprend qu’elle est en faite un robot… depuis toujours elle veille sur lui…
Un étrange fait se produit également avec une perte de contrôle de la part de l’étrangère comme si ses fonctions ne répondaient plus… elle soupçonne le garçon d’être un Zéro ( ?! ) et l’on vois dans son œil les lettres Alma apparaître…
Elle leur apprend que le lendemain sera la fin de tous les Gijins ( humanoïdes : androïdes et gynoïdes ), cela dans le but que les humains reprennent le pouvoir aux machines et puissent survivre en tant que créature de chair et de sang crée par Dieu.
Ray se retrouve seul avec son hamster…
Loin de se laisser aller, il va aller de l’avant et comprendre pourquoi il fallait que son amie meure.

Sans titre 5

En quelques lignes nous ressentons parfaitement la violence de la situation, le jeune homme perd en quelques instant son binôme et le pire c’est qu’il ne sait absolument pas pourquoi… Vivant depuis toujours reclus, il ne sait rien de son passé, pour lui les vestiges du passé qui l’entourent sont des énigmes… en plus de cela, il est encore en pleine construction à un âge charnière.
Peu importe pour lui que son amie était ou non humaine, il se comporte avec elle avec toute l’humanité qu’il peut exister et l’enterre même avec un profond respect… pour lui ils étaient tout simplement égaux.
On comprend que quelque chose est étrange, car il est évident qu’il n’aurait pas dû survivre, cela relève tout simplement du miracle. En plus pourquoi ce terme « Zéro » ? Et que signifie Alma ? Qui est d’ailleurs le titre du manga.
Beaucoup d’informations et de questions…le manga début sur les chapeaux de roues.

Ray va donc continuer sa route, et nous le suivons tel un observateur silencieux. Il croise un étrange mur mais derrière il n’y a rien de plus, pas de gens mais de nombreux corps de « Gijins » jonche le sol, bien évidemment il éprouve de l’empathie envers eux.
Pourtant il se fait attaquer sans raison par l’un de ces « cadavres » et encore une fois le phénomène qui s’était produit précédemment se reproduit, l’attaque ne le touche pas et le mot « Alma » apparaît…

Nous ne savons pas pourquoi il se fait attaquer, mais bien évidemment si on analyse tout ce qui s’est passé précédemment, l’on comprend que le monde était en guerre… et lui débarque dans ce qui reste de ce conflit… dans une totale incompréhension avec encore une fois aucun grief envers ces « Gijins ».

Les jours se passent, et peu à peu notre jeune héros commence à perdre la raison et cogite… Quel sens donner à son existence ?
Mais visiblement sa présence a été détecté par un groupe armée, serait-il un signe du destin ?
Nous apprenons également que l‘histoire se déroule en 2105 et  je trouve qu’il y a une certaine proximité temporelle avec nous, d’autant que précédemment une autre indication datait Trice comme un modèle datant de 50 ans…
Alors que les recherches sur les IA avancent, et que l’on voit déjà des robots visuellement très proche de nous, cela me paraît très angoissant.
D’ailleurs vous conviendrez que le retournement des machines est une thématique très récurrente en Science fiction et laisse entrevoir de nombreux débats et réflexions.

Enfin !!! Le jeune Ray rencontre ses semblables à Bucarest, l’extrémité Sud de l’humanité… Mais ils sont loin d’être aussi adorable qu’il le pensait, et il est difficile de comprendre leurs comportements avec les Gijins ces machines dotées d’une conscience artificielle initialement bridé avec une programme «  Pandora frame » leur empêchant toutes rébellion ( interdiction de blesser les humains, formatage de la mémoire, impossibilité de se libérer par eux même ).
Cela me fait terriblement penser à l’excellente série Westworld dont le propos est assez similaire.
L’on se retrouve pour moi en plein questionnement sur l’âme humaine, qu’est ce qu’elle est ? Qu’est qui nous rendrait plus humains que ces consciences artificielles ou plus légitime d’exister?
Beaucoup de philosophes ont essayés d’y répondre, et ici l’âme des Gijins n’est autre que l’Alma, un programme de sauvegarde où tous les Gijisn s’y mélangent, ce qui voudrait dire que Trice est encore là…
Comme je l’ai déjà évoqué précédemment, pour Ray, Trice n’avait rien de différent par rapport à lui même, elle avait d’ailleurs changé à son contact, évoluée, et il est donc pour lui très difficile de projeter une quelconque haine envers elle.
Et alors qu’une attaque à lieu de l’intérieur, Ray pourrait bien devoir faire un choix… Comment ?

Le tome se termine en plein combat mais Ray ne craint rien… il est le Zéro…. un humain spécial choisit par l’Alma qui ne doit pas être blessé, il est le dernier espoir de l’humanité…
Mais quel sera donc son rôle ? Tant de questions se posent à présent et nous allons sans doute avoir des réponses dans le prochain tome annoncé sur le rabat de la jaquette : «  Ray est un « zéro », le seul être humain capable de s’opposer aux humanoïdes appelés gijins et, par conséquent, le dernier espoir de l’humanité. Propulsé au rang de sauveur, Ray découvre rapidement qu’il n’est pas le premier « zéro » et que la mission du dernier s’est très mal terminée… ».
Autant vous dire que je n’ai qu’une hâte… lire la suite…

Sans titre 1

Tome 2

Sans titre 1

Un tome que j’ai pris grand plaisir à lire et qui nous en apprend davantage sur la commandante Lukyana Konstantin que le jeune Ray croisait pour la première fois à Bucarest lors de son expédition.
Nous y découvrons Moscou la dernière ville de l’humanité et son fonctionnement assez particulier où les humains semblent avoir accepté passivement leur destiné.
Mais c’est également un tome que l’on pourrait qualifier je pense de charnière, car le début d’une guerre est clairement en train de voir le jour entre les Gijins et les humains.

Lorsque nous reprenons notre lecture avec ce second tome, Bucarest est en train d’être pris d’assaut par les Gijins et il est évident que les soldats ne pourront pas tenir longtemps. C’est pour cela qu’il faut mettre Ray en lieu sûr.
Pour cela ils ne vont pas hésiter à utiliser à nouveau internet, qui est au mains des Gijins depuis bien longtemps et qui leur indique de ce fait immédiatement leur position.
Alors que Lukyana s’apprête à dire Adieu à Ray, apprenant que ce dernier à survécu jusque là grâce à une Gijin, ses camarades l’embarque de force sur le véhicule de Ray et lui demande de veiller sur la demoiselle.
Elle lui prodiguera d’ailleurs un conseille très intéressant : «  Si tu hésite entre deux réponses, demande toi comment tu veux mourir. C’est ce qui t’aidera à comprendre comment tu veux vivre ».

Commence alors un voyage très mouvementé où nous pourrons admirer de belles scènes de combats dans les airs contre des Gijins volant, et l’on ne peut à nouveau qu’apprécier la qualité graphique de l’oeuvre avec ses multiples détails.
Je me suis d’ailleurs fait la réflexion qu’un format plus grand aurait pu être appréciable.

Le voyage les conduits à Moscou après avoir pu observer les amas de déchet qui reste de la terre.
L’on comprend très vite que Lukyana n’est pas étrangère à cette ville puisqu’elle y est accueilli par ses frères Arias et Finn. De suite elle est conduite en cellule pour la faire passer devant la cour martiale pour désertion.
Lukyana n’avait que 13 ans lorsqu’à sa majorité elle s’est retrouvé commandante de la deuxième unité afin de reprendre la zone de Bucarest, mais l’on apprendra également qu’elle a été chassé de sa famille afin de clarifié la lignée, sa mère étant une prostituée.
Elle avait les meilleures notes que ce soit dans les matières scolaires ou bien du côté militaire, de ce fait elle aspire la crainte aux plus hautes autorités.
Et durant son procès qui tourne au clash entre les divers différents peuple, elle ne manquera pas de se révolter devant la passivité des dirigeants en affirmant qu’il est temps de se battre pour faire bouger les choses.

De son côté, Ray suit Finn qui veut en apprendre plus sur le garçon, mais ce dernier va également lui poser des question pour en apprendre un plus sur l’Alma.
Nous apprenons donc que « Gijin » est un mot originaire du Japon signifiant à la fois « simulacre de’humain », « faux humain », mais également « humain vertueux » et c’est ce dernier sens qui a fait que les développeurs japonnais voulait faire des Gijins les exécuteurs de la justice.
Cela n’est pas sans me rappeler le méchant dans le manga « Comet Girl » qui devait aussi avoir ce genre de rôle ne disposant pas de sentiment mais au final cela n’est pas le cas. Ici nous sommes un peu dans une problématique identique et les humains par la suite n’ont sût reproduire des Gijins tels que les japonnais les avaient crée, ne pouvant créer que des « machines ». L’Alma constitue la base de donnée de tous les Gijins que les japonnais ont laissé.
Afin de pouvoirs mettre un terme aux Gijins, les humains doivent pouvoir accéder à l’Alma.

Alors qu’il se promène dans la ville accompagné d’un certain Rucci Ackermann, il en apprend un peu plus sur son fonctionnement particulier .En effet c’est une ville pluriethnique où chaque peuple à son propre chef afin que chacun assure la pérennité de sa ligné.
Lukyana est issu du peuple germanique, mais l’on retrouve également majoritairement des Russes et des Turques.

Enfin il va se retrouver face au père de Lukyana qui n’est autre que le chef des Allemands. Ce dernier va commencer par l’affronter pour vérifier qu’il est bien le Zéro, car il y a 30 ans de cela il accompagné déjà son père avec l’ancienne Zéro. Mais cette dernière avait péri une fois arrivé à l’Alma.
Devant la détermination du garçon et contre toute attente il décide de se passer de l’accord unanime de toutes les nations pour le déplacement des troupes à cause du risque des pertes humaines et décide qu’il est temps d’agir.

Condamnée à l’exil et rejointe par tout un tas d’hommes ne voulant plus suivre aveuglément les ordres, Lukyana va rejoindre Ray accompagnée également de ses frères pour se diriger vers l’Alma. Sur la demande d’un de ses frères elle prend le commandement.
De plus, alors que Herr Konstantion présente sa volonté devant le conseil, ces derniers acceptent de le rejoindre.
Ils vont même pouvoir compter sur les peuples de l’ex Asie, devenu des « superclass » en ayant renoncé à leur corps de chaire, ainsi qu’à leur territoire pour devenir des nomades voyageant constamment dans le ciel.
Ce sont les « Jia » et Ray se souvent en avoir croiser une…
Quels sont leurs véritables intentions ?

Il faudra attendre le tome 3 pour le savoir…

C’est la dernière marche de l’humanité.

Sans titre 2

Avez-vous lu ce manga ?
Qu’en avez-vous pensé ?
Aimez vous ce genre d’histoire ?

Je suis à votre disposition pour toutes questions.

N’hésitez pas à suivre l’éditeur sur les réseaux sociaux.

04 01 02

^^
CatZ

19 réflexions sur “Alma

  1. Hello,
    Je viens de voir qu’il était édité par Panini ! ça me rappelle tellement de souvenirs avec les albums et les images qu’on s’échangeait. A présent, on peut acheter sur le site les images manquantes facilement. ^^
    Pour en revenir au manga, je trouve l’histoire intéressante : si elle était adapte en série avec de vrais person je la regarderai volontiers !

    J’aime

    • Oui, c’est vrai, et maintenant ils se sont tout de même diversifié. Si à l’époque nous avions eu le net cela aurait été moins galère…
      J’aime rarement les adaptations mais je comprend parfaitement ton point de vue. Je ne sais pas si tu as vu Westworld mais comme je le note dans mon article cela me fait beaucoup penser à cela. Non pas pour l’idée du parc bien évidemment, car si on suit les saisons, le vrai sujet n’est pas là… Mais au niveau de la conscience etc des robots.. .

      J’aime

      • Mon mari m’en avait parlé, mais ça m’était sorti de la tête ! Il faut que je pense à la regarder.
        Oui, je comprends ce que tu veux dire. C’est toujours un sujet très intéressant aussi bien en littérature SF qu’en film et en série (quand c’est bien réalisé bien sûr !).
        Bon dimanche

        J’aime

  2. J’adore ce genre de récit. IA, robot, scène post apocalypse. Pour répondre à ta question « Qu’est qui nous rendrait plus humains que ces consciences artificielles » je dirais la conscience. L’être humain est doté d’une conscience et a une âme (qui nous rend « humain ») 🤷‍♀️😁. On se demande quel est le secret du principal protagoniste. Sauver l’humanité ? Plus je lis ton blog et plus je découvre des mangas intéressants.

    J’aime

  3. Hello,
    Je fais partie des gens qui jugent un livre ( ou un manga ) à sa couverture et à ses dessins … Je sais je sais ! Ce n’est pas bien du tout, j’ai dû passer à côté de pas mal de bon bouquin depuis le temps ^^ En tout cas la couverture et les illustrations me donnent clairement envie de débuter cette saga 😉 En plus tu la recommandes alors pourquoi pas 😉
    A noter que je n’aime pas débuter une saga lorsqu’il existe déjà  » une centaine  » de tome, cela me décourage … j’aime bien arriver au début de la saga pour débuter tranquillement ma collection 😉

    J’aime

    • Je pense que beaucoup de monde juge sur la couverture, moi même c’est avant tout la couverture que je vais regarder, après j’ai tendance maintenant à aller au delà car je me suis déjà faite avoir de nombreuses fois.
      Mais je ne te cache pas que si la couverture fait trop shojo je risque de passer mon tour tout simplement…

      Alma n’est qu’en 4 tomes, je te rassure. Ici aussi nous n’aimons pas commencer une série quand on sais par avance que de nombreux tomes sont déjà sorti… Ou alors il faut les trouver en occasion, mais ça devient assez galère en ce moment.

      J’aime

    • Bah de rien.
      J’aime aussi ce genre d’histoire, quand le sujet est bien traité et que la lecture est agréable. Parce que dernièrement j’ai lu un manga que tout le monde encense en ce moment, et moi j’ai pas tant accroché que ça…
      J’aime aussi quand ça aborde des vrai problématique, avec Alma pour le premier tome il y avait tout de même un vrai questionnement.
      Tout ce qui touche aux IA en général est intéressant de toute façon d’après moi.

      J’aime

  4. Pingback: Achat Manga – Juin 2021 | CatZ in Wonderland

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s