Mon bourreau de père est enfin mort

Sans titre 3

Année : 2019
Catégorie : Seinen
Genres : Drame / Psychologique
Dessinateur : Piroyo ARAI
Scénariste : Piroyo ARAI
Date de parution : 23/09/2021
Éditeur : Meian
Lien Anime Store : https://www.anime-store.fr/as/Mon-bourreau-de-pere-est-enfin-mort-Livre-Manga-produit-manga-3239.html

Un manga que j’avais hâte de découvrir avec un sujet qui ne peut pas laisser indifférent.

Sans titre 1

Présentation de l’éditeur :
Aujourd’hui encore, ma jeunesse me hante…
L’histoire d’une femme qui a grandi dans la violence…
Message aux parents qui maltraitent leurs enfants.
Les enfants n’oublient rien.
Ni les coups, ni les abus.
Il en va de même pour les insultes et le sentiment d’être trahi sans cesse.
J’aimerais que vous gardiez une chose en tête :
lorsque vous prendrez de l’âge, souvenez-vous que votre destin sera entre leurs mains.
J’aspirais seulement à une vie normale… Avec des parents normaux…
Au fil de ce one shot au vitriol, Piroyo ARAI revient sur sa relation avec son père abusif. Dans un style simpliste mais sans filtre, elle y évoque la brutalité omniprésente de sa jeunesse, l’ombre qu’elle a projetée sur sa vie, même après le décès de son père, mais aussi la froideur avec laquelle sa famille détournait le regard.
( Source : https://www.meian-editions.fr/meian/licence/mon-bourreau-de-pere-est-enfin-mort/1366 )

Comme toujours, avant de donner mon avis, j’aime en apprendre un peu plus sur l’auteure Piroyo Arai et ces différents travaux. A vrai dire, je n’ai pas trouvé grand chose à son sujet si ce n’est qu’elle était aussi l’auteure d’un manga intitulé : « Kakure Bitch » Yattemashita.qui semblerait être une œuvre partiellement autobiographique racontant le quotidien d’une jeune femme frivole ayant peur de l’engagement. C’est en tout cas ce que j’ai trouvé sur le site Nautiljon, vous pouvez d’ailleurs y retrouver un résumé ici , l’œuvre n’ayant pas été publié en France à ce jour.

Sans titre 2

En tout cas cela me permet de me rendre compte que visiblement l’auteure aime prendre comme source d’inspiration son quotidien et son vécu personnel, ce qui est intéressant. Sur le rabat de la jaquette de «  Mon bourreau de père est enfin mort », l’on apprend également qu’elle travaille également en tant qu’illustratrice.

Lorsque l’on ouvre le manga et que l’on découvre le sommaire, l’on comprend que ce dernier à une découpe tout à fait particulière.
En effet, nous allons au fil des chapitres survoler la vie de l’auteure, de son enfance au moment où son père n’est plus là en passant bien évidemment par toutes les phases qu’il y a entre et qui apparaissent comme autant d’épreuves pour lesquelles l’auteure à choisi de se confier.
Au sein de chacun de ces chapitres, l’on retrouve des anecdotes sous forme d’épisodes.

L’Alcool mauvais du père ; le côté « pervers narcissique » de ce dernier qui sait se faire aimer des autres; le poids de la belle mère sur sa mère qui ne fait que la rabaisser cette dernière ; le harcèlement sexuel alors qu’elle devient une femme et change ; les difficultés à vivre avec les autres et se construire ; la vie de famille ; la mort du père et son lot de formalités et enfin la vie d’après.

C’est la première fois que je lis un manga de ce type, où l’on va directement dans le vif du sujet et où l’auteure se livre sans langue de bois sur son vécu.
L’on dis que parler de ces maux, peut aider à s’en libérer et j’espère que cet ouvrage lui a permis d’aller de l’avant, c’est en tout cas ce qu’on peut croire en lisant la fin, ce qui nous livre un beau message d’espoir à tous ceux qui ont subis ou qui subissent encore des violences familiales.

Très sincèrement, ce n’est pas quelque chose que j’ai connu, au contraire, j’ai eu une mère aimante qui s’est démené pour m’offrir un avenir alors qu’elle se retrouvait veuve jeune avec un enfant en bas âge dans les bras ( moi ).Mais une seule de ses paroles, une fois sortie par mégarde et peut être même de façon involontaire à suffit à me faire énormément de mal et pendant de longues années.
Donc je n’imagine pas un enfant qui subirait cela jour après jour…

Je vous avoue aussi que j’ai voulu lire ce livre par rapport à mon mari, je voulais comprendre certains mécanismes que je décèle chez lui, et pour lesquels je n’ai pas d’explication.
Prenons simplement le titre de l’ouvrage : «  Mon bourreau de père est enfin mort », je pensais naïvement qu’il était impossible de se réjouir de la mort d’un parent, même si réjouir est un bien grand mot, un parent restant bien évidemment ne serais-ce qu’un géniteur ou une génitrice. Et pour l’avoir vécu avec mon mari, le prenant même je ne vais pas mentir, pour un « monstre », je comprend un peu mieux pourquoi…
,
Sans l’avoir vécu, on ne se rend pas compte du côté destructeur de la chose… j’ai apprécié que l’auteure en parle crûment, même si cela peut être difficile, d’autant qu’il y avait même du harcèlement sexuel.

En vieillissant, l’auteure va chercher à s’analyser et changer pour pouvoir avoir une vie « normal ». Elle va comprendre là où il y a clairement un soucis, elle va également pouvoir en parler à ses frères dont un quel pensait non concerné mais qui cherchait juste à protéger la fratrie. Enfin elle va aussi pouvoir se confronter à sa mère, pour se libérer de son emprise, cette mère qui au final aura choisi son amour pour son mari plutôt que le bien être de ses enfants. Elle va même apprendre que derrière ce père si violent se cachait une victime également... Pour autant les victimes doivent t’elles devenir des bourreaux ?

Le fait de devenir mère va aussi changer complètement la donne, et c’est une étape je pense très importante dans la vie de quelqu’un qui a été battu ou violenté. Alors qu’elle cherche à contenir sa colère elle se retrouve confronter à ses démons, mais l’amour de son compagnon lui permettra d’aller au delà… Elle qui n’était même plus capable de se laisser aimer, et dont le comportement était devenu autodestructeur.

C’est un manga que je conseil. On est clairement dans l’affect, et je ne jugerais pas les dessins qui ne sont peut être pas esthétiquement beau. Les expressions des personnages sont parfaitement retransmise. On ressent sa douleur, sa rage tout autant que l’on ressent la délivrance, l’auteure à réussi un vrai travail de transmission et de partage de son vécu.

Je remercie Meian pour ce tome.

Je vous invite à suivre Meian sur les réseaux sociaux…

04 01 03 02

Si vous avez des questions à me poser je suis à votre disposition.
CatZ

10 réflexions sur “Mon bourreau de père est enfin mort

  1. Hello,
    Je ne suis pas une spécialiste du l’univers du manga, mais pour ce que j’ai pu voir, ce n’est pas un sujet qu’on n’a l’habitude d’aborder.
    L’auteur a réussi à raconter son histoire (que cela a dû être compliqué), ce qui permettra à d’autres victimes de se sentir moins seules. Cela n’empêchent pas la douleur ni même l’atténue, mais ça permet tout de même d’aider à la reconstruction petit à petit. J’aime aussi le fait qu’elle parle de tout, et de l’analyse aussi qu’elle a peut faire : ça m’a l’air très bien construit.
    Merci pour ton retour
    Bon week-end

    J’aime

    • Tous les sujets sont abordés en manga, après les éditeurs sont parfois frileux à aller au delà des gros titres qui fond un carton. Ici c’est surtout la façon dont il a été traité qui m’a interpelé, et je pense également que cela peut aider les autres victimes.

      J’aime

    • Et pourtant il y en a…
      Il n’y a pas à être désolé, c’est la vie et beaucoup de gens subissent ce genre de chose. Comme je l’ai dit, oui j’ai compris que l’on pouvais s’en foutre réellement de ses géniteurs sans pour autant être « anormal ». Par contre, bien évidemment cela à tout de même des conséquences, mais c’est un travail que chacun doit faire.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s