Make Up With Mud

Année : 2020
Catégorie : Seinen
Genres : Drame / Psychologique / Romance / Tranche de vie
Dessinateur : YOSIKAZU
Scénariste : YOSIKAZU
Éditeur : Meian
Nb volumes VO : 6 (En cours)
Nb volumes VF : 2 (En cours)

Tout d’abord je tiens à remercier Meian qui m’a envoyé ce tome en service presse, accompagné d’un très joli miroir.
Ce n’est pas forcément un tome que j’aurais acheté car pour tout vous dire je ne suis pas du tout une adepte du maquillage, donc a priori ce manga n’aurait pas dû me plaire MAIS j’aurais eu énormément tort car c’est tellement autre chose chose également, que voilà.
Ne vous arrêtez pas au titre ni à la couverture !

Voici pour commencer la présentation de l’éditeur :


« Je veux que tu restes telle que tu es. »
Si on s’intéressait au cœur plutôt qu’à l’apparence ?
L’histoire d’une jeune femme qui reprend sa vie en main grâce au maquillage !

Make Up With Mud montre avec justesse à quel point il peut être difficile d’exister au quotidien, en tant que femme. Entre la relation toxique dans laquelle elle se retrouve engluée et les différentes formes de harcèlement dont elle est victime, les mésaventures de Miku dressent le portrait d’une femme résolument moderne, avec toute la charge mentale et les défis que cela implique. Son histoire ne manquera pas de vous prendre aux tripes !

Résumé du premier tome :
Pour qui se maquille-t-on ? Pour soi ? Pour les autres ? Ou pour avoir la paix ?

Alors qu’elle vient d’avoir vingt-cinq ans, Miku décide de porter plus d’attention à son maquillage… Mais lorsqu’il voit ses lèvres enduites d’un baume rouge écarlate, Haru, avec qui elle sort depuis six ans, la décourage tout de suite, en lui expliquant que les couleurs criardes ne sont pas faites pour elle… Le même jour, Miku est sauvée d’un client un peu trop tactile par une belle jeune femme… qui se révèle être un homme ! Celui-ci l’incite à se maquiller selon ses envies, et non pour répondre aux attentes des autres… Ce qui n’est pas du tout du goût de son compagnon…
(Source : https://www.meian-editions.fr/meian/blog-meian/article/nouvelle-licence-meian-make-up-with-mud/344)

Vous pouvez retrouver un extrait : ici.

Concernant l’auteure Yosikazu je n’ai pas beaucoup d’informations à ma disposition, si ce n’est que c’est ici sa première série qu’elle présente comme l’histoire d’une jeune adulte qui découvre le plaisir de se maquiller.

Passons maintenant à mon avis :

Une lecture pour laquelle j’y allais peut-être à reculons, mais qui au final s’avère être une très belle découverte pour moi. J’ai beaucoup apprécié ce premier tome et je suis curieuse de lire la suite.
Par contre, je ne vais pas vous mentir, si ce manga est bien rangé dans la catégorie Seinen, je ne suis pas certaine que tout le public masculin appréciera. Ce n’est qu’un avis personnel, mais je pense qu’il fera plus facilement écho aux femmes de par sa thématique même. J’ai d’ailleurs constaté que sur le site de l’éditeur apparaissait la mention Josei, donc je ne suis pas dans le faux…

Alors oui, il est question de maquillage mais pas que… et au final est-ce vraiment le sujet ?
Je ne pense pas uniquement, derrière il y a un message, celui d’être qui l’on veut, pour nous et pas pour les autres !
Un personnage masculin qui se maquille et qui apprécie cela appuie justement cette idée, cette liberté de choisir et d’être qui l’on est, sans être obligé de se cacher derrière un « masque » qui ne nous ressemble pas.
Ce personnage d’Yves/Eve apparait presque comme un idéal pour Miku, un être libre.
Je tiens à ajouter que j’ai apprécié le fait que l’auteure n’en face pas une caricature, en effet il n’apparaît pas comme une grande folle excentrique, bien au contraire. C’est simplement un homme qui aime le maquillage et ne pas avoir à suivre les diktats que nous impose la société. Si l’on est un garçon et que l’on aime les jupes, pourquoi ne pas en porter ?
De plus Yves n’est pas homosexuel, ce qui nous laisse entrevoir une possible relation par la suite… et je pense que c’est aussi vers cela que va tendre l’histoire.

On y retrouve une demoiselle enlisée dans une relation que je qualifierais de « toxique » avec un pervers narcissique, ce dernier la considère au mieux comme un chien et nous assistons spectateur à ce qu’elle subit.
Ce sont des passages assez durs mine de rien et elle semble subir sans trop rien dire.
Le plus moche dans l’histoire, c’est qu’au final quand elle essaye de se confier à sa collègue de travail pour lui demander conseille, cette dernière semble lui dire « Soit belle et tait toi, tu as trouvé un bon parti, tu peux bien faire ce qu’il te demande… » Où est l’évolution de la condition de la femme dans tout ça ?

Ce manga décrit aussi avec pertinence ce monde dans lequel l’apparence est au centre des préoccupations, que ce soit dans la vie de tous les jours mais aussi au travail. Alors que Miku est magnifique, son apparence de jeune fille innocente lui vaut d’attirer les pervers en tout genre et les réprimandes de sa patronne.
Je vous avoue que je suis très curieuse sur certains aspects sociologiques que l’on retrouve dans le manga, alors certes ils ne sont qu’évoqués, mais je serais curieuse de connaître le rapport des Japonais au maquillage dans le travail etc… Ce dernier fait t-il parti d’une norme établie ?
D’autant que personnellement je trouve que l’on devrait avoir le droit de choisir entre le fait d’être maquillé ou non. Il me semble que même en France certaines femmes peuvent avoir des remarques à ce propos.

J’aurais aimé retrouver à la fin du tome une postface notamment pour nous expliquer les raisons d’un tel choix de scénario. Je ne suis pas certaine qu’une auteure puisse écrire ce genre d’histoire totalement par hasard et j’aurais bien aimé savoir si il y avait une part d’autobiographie ou non.

Concernant le titre du manga : « Make Up With Mud », pour ceux qui ne maîtrisent pas l’anglais, on pourrais le traduire par « Maquillage avec de la boue ». Pourquoi ce titre ? Et bien il fait référence à un passage du manga :
« Le maquillage c’est comme de la boue, appliquer une grosse couche de fond de teint ou de paillettes, ne nous rend belles qu’en apparence, comme si on mettait simplement de la boue sur notre visage. »
C’est le pont de vu que veut lui imposer le petit ami de Miku… Mais est ce vraiment que cela ?

Bref, une belle entrée en matière, je suis curieuse de lire la suite, sceptique au départ, je trouve que Meian a fait ici un très bon choix.

Tome 2

Il y a quelques mois je vous présentais le tome 1 qui était pour moi une véritable surprise . Là où j’attendais une œuvre plutôt légère, nous étions face à une thématique sur l’amour propre et l’émancipation face à ce que j’avais qualifié d’un « pervers narcissique ».
Et c’est exactement ce que l’on va retrouver ici avec ce second tome, au final très peu éloigné du premier qui suit tout simplement l’évolution du personnage de Miku toujours soumise à son compagnon mais également de Yves dont les sentiments envers la jeune femme sont naissants.

Alors que Haru va enfin rencontrer ce fameux Yves, il va en profiter pour essayer de se faire pardonner tout en demandant en mariage Miku. Chose qu’elle attendait depuis longtemps. Mais voilà… jaloux, l’homme a ses conditions, et n’hésitera pas à avoir recours au chantage affectif.
Bien évidemment dans un premier elle ne manquera pas d’y céder, cependant sa rencontre avec Yves l’a quelque peu changé et elle finira par remettre les choses en questions, quitte à s’opposer à celui qu’elle aime.
Elle prend conscience que depuis plusieurs année elle n’a toujours que vécu dans le « cadre » de Haru, alors que pourtant elle aussi bénéficie d’une volonté propre.
Un nouveau mot d’ordre semble se profiler «  la détermination ». Mais cette dernière est-elle suffisante ?
D’autant que Haru lui tiens tête et en tant que bon manipulateur tourne les choses à son avantage.
Fort heureusement la demoiselle saura compter sur ses nouveaux amis, et nous aurons le droit à un épisode de prise de conscience un peu à la façon de l’émission du grand frère. A vos battes !
Elle va finir par quitter le domicile et nous allons pouvoir faire la connaissance de son frère qui n’est pas sans rappeler la demoiselle, d’autant plus que ce dernier va aussi avoir à faire aux conseils du beau Yves.
Mais il est compliqué de de tirer un trait sur une longue relation… Et notre brave Miku bien que déterminée est en plein doute concernant son avenir incertains.

Encore une fois j’ai trouvé le propos du manga très intéressant, même si pour le coup nous sommes sur quelque chose d’assez similaire au précédent. Bien évidemment il y a une évolution du côté de la demoiselle qui va passer par plusieurs phases : Remise en question / Détermination / Doutes.
Il y a certaines choses paraissant évidentes qu’elle ne semble pas prendre en compte, par exemple j’avais l’espoir d’un rapprochement avec Yves mais ce dernier semble demeurer dans la friend zone.
Le concernant parfois j’ai du mal à le cerner et j’ai comme l’impression qu’il cherche lui aussi quelque part à imposer sa propre vision des choses, même si cette dernière est louable.
Enfin je trouve que Miku n’est pas toute blanche non plus, il y a derrière son comportement une réalité qui dépasse un peu d’après moi les considérations personnelles seule, notamment lorsque l’on va aborder tout ce qui concerne le matériel et la société.
Est-elle avec Haru réellement pour son amour ou bien sa position sociale y est également pour quelque chose ?

Nous aurons le droit au fil de notre lecture à plusieurs phrases chocs et pleines de sens, voici quelques citations que je trouvais intéressantes et qui reflète bien le propos du manga :
«  Que ça aille bien ou non, c’est juste une question de préférences de la personne qui le dit. Chacun a son point de vue selon ses propres appréciations. » – Yves
« Être satisfaite de quelque chose que ton entourage déteste… Tu ressembleras au personnage du conte d’Andersen « Les habits neufs de l’empereur ». Tu ne feras que perdre ta propre estime. » – Haru
« En baissant la tête, tu penses peut-être arranger les choses en évitant les conflits. Mais tu ne fais que fuir, en réalité!Imaginer que n’a aucune valeur est devenu une habitude ! Si tu veux réellement prendre soin de toi, commence d’abord par arrêter de fuir ! » – Yves
« Lorsque tu souffre, tu dois le dire. Et quand on te blesse ilfaut te mettre en colère. Si tu ne te protèges pas ainsi, un jour tu seras tellement blessée que tu ne pourras plus avancer. » – Yves

Si cela vous parle, je ne peux que vous conseiller cette lecture.

Je remercie Meian pour l’envoi de ce second tome.

Si ce manga vous intéresse, vous pouvez bien évidemment le retrouver dans toutes les bonnes librairies , n’hésitez pas à le faire commander si il n’est pas en rayon. Sinon, je vous invite à vous rendre sur le site anime store  où vous pouvez d’ailleurs retrouver en ce moment tout un tas de mangas en promotion.

Je vous invite à suivre Meian sur les réseaux sociaux…

04 01 03 02

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, si vous avez des questions à me poser je suis à votre disposition.
CatZ

Publicité

12 réflexions sur “Make Up With Mud

  1. C’est intéressant de voir ce genre de sujet soulevé, et c’est une réalité car de nos jours les apparences sont devenues TROP importante à mon goût.., le monde perd de sens avec ces apparences fausses, ces genres qud certains se forcent à prendre. Et oui ça passe par le maquillage. Personnellement je sors souvent sans maquillage, je ne me fait pas les ongles, et je me sent bien dans le baskets !

    J’aime

  2. C’est intéressant de voir ce genre de sujet soulevé, et c’est une réalité car de nos jours les apparences sont devenues TROP importante à mon goût.., le monde perd de sens avec ces apparences fausses, ces genres que certains se forcent à prendre. Et oui ça passe par le maquillage. Personnellement je sors souvent sans maquillage, je ne me fait pas les ongles, et je me sent bien dans le baskets !!

    J’aime

  3. Oh c’est intéressant de voir ce genre de sujet soulevé, et c’est une réalité car de nos jours les apparences sont devenues TROP importante à mon goût..le monde perd de sens avec ces apparences fausses, ces genres que certains se forcent à prendre. Et oui ça passe par le maquillage. Personnellement je sors souvent sans maquillage, je ne me fait pas les ongles, et je me sent bien dans le baskets !!

    J’aime

    • Oui, et pour être bien dans sa peau il faut aussi être bien dans sa tête. En fait le personnage arrive à s’affirmer via le maquillage, mais l’on peut effectivement y arriver sans. L’important et le plus beau message c’est de s’affirmer tel que l’on est et de ne pas laisser les autres nous piétiner.

      J’aime

  4. Coucou,

    Le sujet me parle beaucoup, c’est un sujet important je trouve surtout à notre époque ou l’apparence joue un rôle bien trop important !

    Belle journée,
    Laura – Happy Lobster

    J’aime

  5. Pingback: ☆ BILAN LECTURE ☆ – Semaine 03 | CatZ in Wonderland

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s