The One

Année : 2006
Catégorie : Shojo
Genres : Comédie / Drame / Mature / Psychologique / Romance / Tranche de vie
Dessinateur : Nicky LEE
Scénariste : Nicky LEE
Date de parution : 10/06/2022
Éditeur : Meian
Nb volumes VO : 18 (Terminé)
Nb volumes VF : 2 (En cours)

Pour commencer je tiens à remercier Meian pour l’envoi de ce service presse.
Je ne vais pas vous mentir, sans l’envois de ces tomes je pense que je n’aurais pas commencé cette série que j’ai aujourd’hui envie de suivre.
En effet, comme je l’ai déjà expliqué, je ne lis plus beaucoup de shojos à cause de leur côté souvent trop léger. Attention par là je ne dis pas qu’ils sont tous ainsi, au contraire et j’ai parfaitement conscience qu’il existe de petites pépites mais avouez qu’il n’est pas toujours simple de les dénicher devant la masse sous laquelle on nous noie.

La première chose que j’ai constaté c’est un certain engouement de la part des fans pour ce titre. En d’autres mots il était très attendu.
Visiblement beaucoup sont ceux l’ayant lu sur le net et qui l’attendait en volumes reliés pour le mettre dans leurs collections. Donc un grand merci à Meian pour cela.
J’ai aussi discuté avec plusieurs personnes, ou lu des commentaires, et je ressent toujours le même intérêt pour ce manhua se démarquant des shojos classiques et c’est bien évidemment ce que je recherche.

Voici la présentation de l’éditeur :


La somptueuse métamorphose d’une mannequin !

Même si Teng Lele est la fille d’une mannequin célèbre, elle n’a pas vocation à entrer dans le milieu de la mode, jusqu’au jour où elle voit, dans un magazine, le mannequin numéro un dans le monde : Angus Lanson. Dès lors, elle comprend que le mannequinat est une forme d’art, ce qui fait naître en elle la vocation d’en devenir un, elle aussi ! Mais lors de sa première audition, elle subit une grande désillusion…

À la conquête du monde de la mode… Et du coeur d’Angus !

Ce best-seller taïwanais en 18 tomes nous emmène dans le monde impitoyable de la mode, des défilés et des studios photo ! L’amour n’est jamais bien loin dans cette série au style shôjo assumé où les top models à la plastique parfaite côtoient les plus beaux apollons !
(Source : https://www.meian-editions.fr/meian/produit/the-one-tome-1-livre-manga/3447)

Extrait : https://www.meian.fr/preview-meian/#/lecteur/3447

J’en profite pour vous montrer le totebag ainsi que le marque page.

Concernant l’auteure, j’ai trouvé quelques informations sur Wikipédia.
De son vrai nom Li Chung Ping, cette taïwanaise écrit des Manhua sous le pseudonyme de Nicky Lee. Ses travaux sont plutôt à destination des adolescentes avec des préférences pour le drame, la comédie et la romance.
Elle a commencé sa carrière en 1992 en proposant une histoire au magazine de Manhua mensuel Tong Li’s intitulée Flower Girl. Cette histoire deviendra son premier titre, Paradise City (1993) et marquera le début de sa collaboration avec le magazine. S’en suivra son second titre Youth Gone Wild en 1996, Provence en 2004, puis The One la seule édité en France par Meian en 2005.


Actuellement Love Sing serait en cours depuis 2014.

Pour ce qui est de sa vie privée elle serait mariée sans enfants et fan de heavy metal américain des années 80.

Après avoir lu les deux premiers tomes, je trouve que l’on reste encore largement dans quelque chose de gentillet mais l’on m’a assuré que cela allait changer par la suite. Nous sommes sur un titre en 18 tomes, il est évident que ce n’est pas forcément les deux premiers qui révéleront tout le potentiel de l’oeuvre.

L’histoire en elle-même n’a rien de bien complexe, nous sommes face à une jeune demoiselle qui veut tout simplement percer dans le milieu du mannequinat tout comme sa mère morte de manière précoce dans un tragique accident. Naïve et gentille, c’est sous l’aile de sa tante qu’elle devra répondre aux exigences difficiles du milieu afin de pouvoir percer.
Dans ces premiers tomes l’on remarqueras qu’elle est bien entourée ce qui semble accélérer les choses, mais attention à ce que cela ne soit pas à double tranchant.
Autour d’elle gravitent également de bien beaux spécimens, dont deux charmants frères jumeaux qui restent une énigme. Comme toute demoiselle de son âge, elle va très vite éprouver des sentiments pour l’un d’eux, mais une telle relation est t-elle possible face à des êtres semblant si inaccessible ?

Quoi qu’il en soit, l’on vois déjà plusieurs choses intéressantes se mettre en place et qui mérite que l’on s’y arrête.

Déjà l’auteure ose les personnages homosexuels/bisexuels. Rappelons que ce manhua date tout de même de 2006. Alors oui, certains me diront que cela est peut être lié tout simplement au milieu de la mode mais je n’en suis pas certaine.
En tout cas tout cela est abordé facilement et l’on vois des personnages totalement libérés ce qui est appréciable.
La relation entre les deux frères jumeaux Eros et Angus est également très particulière… ils jouent à un jeu très dangereux à mon sens.

Le milieu de la mode est également un aspect intéressant de ce manga et j’avoue que de ce côté j’ai certaines attentes. Je ne pense pas que ce soit un milieu facile et les coups de putes doivent y être légions, c’est donc quelque chose que je m’attends à retrouver.
Dans ces premiers tomes malheureusement, comme je l’ai déjà noté, j’ai trouvé que nous étions encore sur quelque chose de gentil. Bien évidemment Lele va avoir de la concurrence, mais elle s’en sort assez facilement.
Les choses vont apparemment se complexifier par la suite. Peut-être à tors j’ai toujours considéré que le milieu de la mode était un monde cruel, où les paillettes ne sont que poudre aux yeux, et les divers reportages que j’ai pu regarder m’ont toujours conforté dans cette idée.
J’ai hâte de découvrir une Lele motivée et je suis curieuse de voir jusqu’où elle sera prête à aller pour réussir.

Les personnages quand à eux portent chacun certains bagages qui contribueront à l’aspect dramatique de l’oeuvre. Il est évident que nous ne serons pas dans un shojo avec une histoire d’amour niaise. Dès le départ l’on comprend que cela sera bien plus complexe que cela…

Lele, l’héroïne que je qualifie de « parfaite » pour un shojo est effectivement aux premiers abord assez naïve et peut-être même stupide. Cela amène une touche très comique au manhua et contribue au fait que l’on s’attache à elle.
Elle ne semble pas être à plaindre mais il faut tout de même noter qu’elle est jeune et qu’elle a perdu ses parents qui étaient des mannequins connus. Elevé par sa grande-mère elle peut compter sur sa tante elle même dans le milieu du mannequinat et l’on comprend le poids qu’il y a derrière ses épaules.
C’est une personne que je trouve assez gentille et qui pourrait être l’agneau parmi les loups, mais ne va t-elle pas nous surprendre ?

Les frères jumeaux Angus et Eros sont à ce stade encore un mystère pour moi et j’ai hâte d’en apprendre bien plus sur eux. Si à travers ces deux tomes l’on peut croire que Eros serait plutôt le « gentil » et Angus le « méchant », j’ai de très gros doutes pour la suite. Et je ne vous cache pas que j’ai posé la question à quelqu’un ayant lu plus que moi cet œuvre.
Outre le fait qu’ils soient vraiment beaux, ça nous ne pouvons le nier, ils sont tout de même assez particuliers. Visiblement ils ont été séparés pendant un certains temps mais se retrouve aujourd’hui et une relation très particulière les lies.
Angus, le mannequin vedette apparaît comme un bon vivant qui aime profiter de la vie, un hédoniste. Il semble hors contrôle, c’est le moins posé des deux. Pour autant, à côté de cette personnalité assez borderline c’est un remarquable mannequin et son talent n’est plus à prouver.
Eros, celui qui est plus dans l’ombre tout en étant tout de même dans le milieu de la mode puisqu’il est directeur artistique, m’échappe complètement à ce stade de la lecture. En effet, il a un étrange hobby durant lequel il se fait passer pour un mendiant et se font dans la masse, quel sens donner à cela ? Est-ce pour dénicher des talents ou simplement pour échapper au monde dans lequel il évolue. On pourrait croire qu’il y a une certaine alchimie entre lui et Lele, je le trouve presque protecteur, mais je me demande vraiment si derrière tout cela il n’y a pas un jeu malsain notamment par rapport à certains éléments que l’on retrouve dans le tome 2. À ce stade c’est pour moi un personnage énigmatique et c’est sans doute celui que j’ai le plus hâte de découvrir.

La tante de Lele est un personnage intéressant également, ancienne mannequin qui semble avoir été un peu dans l’ombre de sa sœur dont elle était très admirative. Elle s’est occupée de sa nièce et aujourd’hui souhaite la voir réussir afin de poursuivre le rêve de sa mère. La poussant même depuis petite dans cette direction. C’est une agent de mannequin apparemment assez reconnue.

Enfin j’aimerais également parler des dessins qui contribuent également au succès de cette œuvre.
J’ai constaté que plusieurs personnes trouvaient qu’il y avait une ressemblance avec le travail de Yasawa Ai (Nana), personnellement je n’ai pas noté cela. N’hésitez psa à me donner votre avis à ce propos car je vous avoue que ça m’intéresse.
Certaines cases sont vraiment sublime et j’apprécie beaucoup le style de l’auteure, comment ne pas tomber sous le charme de Angus et de Eros ?
Nous retrouvons beaucoup d’arrières plans sous forme de photos.

On noteras qu’à la fin des tomes l’on retrouve des petites histoires courtes et amusantes sous forme de « Carnet secret d’un mannequin célèbre ».

Bref, pour conclure, je dirais que cette œuvre à du potentiel et mérite que l’on s’y intéresse.
Je suis curieuse de voir comment les choses vont évoluer, les relations qui vont se faire, tout ça tout ça…
Nous pourrions être ici face à un petit bijou !

Dernièrement en story Insta je vous avais demandé de choisir entre deux concours possible, et vous avez choisi de tenter de gagner les deux premiers exemplaires de The One ainsi que les goodies.
Je vous annonce donc officiellement le lancement du concours sur Insta (cliquer sur l’image ci-dessous) qui prendra fin le 03/07/2022 à 23h59.
TAS le 04/07/2022
Il y aura en tout trois gagnants.


Un ÉNORME MERCI à MEIAN, je compte sur vous pour les remercier comme il se doit, notamment en suivant leurs réseaux 😉
Vous le savez maintenant, pour moi c’est vraiment une maison d’édition coup de cœur, la première à m’avoir fait réellement confiance et sur qui je peux compter.
N’hésitez pas à consulter leur catalogue qui est de plus en plus diversifié, vous y trouverez forcément votre bonheur !

Vous pouvez retrouver les deux premiers tomes de The One dans toutes les bonnes librairies, mais vous pouvez aussi les commander directement sur le site de Anime Store : ici

Je vous invite à suivre Meian sur les réseaux sociaux…

04 01 03 02

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, si vous avez des questions à me poser je suis à votre disposition.
CatZ

17 réflexions sur “The One

  1. Belle analyse hyper complète
    Je dois dire que même si j’aime la série, que j’ai aussi lu en scans sur plusieurs tomes à l’époque, je la trouve effectivement très classique. Je ne pense pas, contrairement à ce qu’on t’a dit, qu’il y ait une vraie complexification dans le sens approfondissement ou gain de qualité par la suite, c’est juste qu’il y a plus de drame en lien avec tout ce que tu as pressenti.
    Pour les dessins comme je te le disais sur insta, je pense que ça tient surtout de l’aspect longues jambes et filiformes mais on est aussi totalement dans l’esthétique manwha de l’époque de Saphira par exemple 😉

    J’aime

    • Ha ben voilà… tu as noté exactement ce que je pensais et que je n’ai pas osé dire : Saphira. Je me suis dit que j’étais la seule qui allait comprendre mdr, mais oui… c’est ça. Visiblement par contre l’histoire ressemble à Paradise Kiss que je n’ai pas lu donc je ne peux pas savoir.

      Je vais te dire rien que si ça devient plus dramatique je vais apprécier d’avantage. Après voilà, on reste je pense dans du Shojo et nous ne pouvons pas y attendre quelque chose de l’ordre du Josei (ce qui est dommage).

      Nous verrons bien par la suite…

      Aimé par 1 personne

      • Nana est un shojo donc bon… Non, c’est surtout que la volonté de l’autrice n’est pas, j’ai l’impression, de faire un truc vraiment adulte mais plutôt un simili pour plaire au jeune public. Donc on se rejoint 😉
        Après pour moi, de ce que j’en ai lu, on est très très loin de ParaKiss. Franchement à part le fait que l’héroïne est mannequin, y a rien en commun ><

        J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s