Les Enfants d’Hippocrate

Année : 2020
Catégorie :Seinen
Genres : Drame / Tranche de vie
Dessinateur : Toshiya HIGASHIMOTO
Scénariste : Toshiya HIGASHIMOTO
Éditeur : Mangetsu
Nb volumes VO : 5 (En cours)
Nb volumes VF : 3 (En cours)

Tome 1 / Tome 2 / Tome 3

Dernièrement en consultant les sorties à venir de l’éditeur, je me suis rendu compte que Mangetsu allait publier un nouveau manga dans lequel l’histoire se place dans le milieu médical. Une sortie qui n’a pas fait autant de bruit que d’autres titres mais qui mérite cependant que l’on s’y intéresse ,car pour ma part j’ai trouvé que ces deux premiers tomes sortis de manière simultanée font preuve d’un grand potentiel.

La particularité de ce manga c’est que l’on va suivre un médecin mais pas n’importe quel type de médecin : un pédiatre. Alors bien évidemment cela parle à mon côté maman, car si vous aussi vous êtes parents, je pense que vous savez parfaitement de quoi il est question lorsque nos protégés tombent malade et que l’on se retrouve complètement impuissant face à ce qui se joue sous nos yeux.
Bien souvent ce ne sont que des petits bobos sans grande gravité, mais il arrive que les enfants puissent avoir des maladies bien plus grave et il ne faut jamais négliger des signes de souffrance.
Bref, loin d’aborder les choses avec des termes trop techniques qui laisseraient le lecteur sur le côté, ici nous avons un manga qui se lit très facilement et avec plaisir façon tranche de vie et le caractère particulier du personnage principal fait que l’on s’attachera vite à lui. Franchement, j’aurais aimé avoir connu un pédiatre pareil pour mon fils…

Je remercie bien évidemment Mangetsu qui m’a fait parvenir un service presse des plus intéressants qui m’a vraiment fait énormément plaisir. Au-delà de m’informer sur l’oeuvre, j’ai eu le plaisir d’y découvrir tout un tas de petits goodies vraiment sympa comme un stéthoscope, une boîte de pansement ainsi qu’un stylo sous forme de pilule.
Mais ce que j’ai trouvé le plus original, c’est les informations concernant le manga sous forme d’ordonnance. Personnellement j’adore.
Nous allons donc suivre la prescription à la lettre !
« Lecture du manga d’une traite, dès sa réception »
« Lire le deuxième tome à la suite du premier »

Les deux premiers tomes sont donc sorties simultanément le 01/06/2022 et si tout se passe normalement le tome 3 est annoncé pour le 03/08/2022 ; le 4 pour le 05/10/2022 et le 5 pour le 07/12/2022.
D’après mes informations, la série est actuellement en cours au Japon, je n’en sais pas plus.

Avant de vous donner les résumés et mon avis sur les deux premiers tomes (et sans doute plus tard les prochains) j’aimerais juste revenir sur l’auteur Toshiya Higashimoto qui n’est pas un inconnu et dont les travaux précédents pourraient être un argument pour vous convaincre de découvrir Les Enfants d’Hippocrate. En effet, vous avez sans doute déjà entendu parler de son dernier manga que nous sommes beaucoup à avoir énormément apprécié et sur lequel j’ai fait plusieurs posts Insta/Facebook, il s’agit de Le Bateau de Thésée.

Tome 1

Résumé :
BIEN PLUS QU’UN PÉDIATRE, UNE LIGNE DE VIE.

Le dévouement des professionnels de la santé est-il perçu à sa juste valeur ? Rien n’est moins sûr… Dans une société qui pousse à la rentabilité de la pratique médicale, on ne demande plus aux pédiatres d’aimer les enfants, mais de fournir un service.
Et certains parents japonais se comportent en véritables monstres surprotecteurs, exigeant un accès immédiat et illimité aux soins pour leur progéniture. Le mot d’ordre : tout, tout de suite !

Mais il en faut plus pour décourager Maco Suzukake, un jeune praticien en devenir, qui croit en son métier dur comme fer et s’occupe de ses petits patients avec respect, enthousiasme et bonne humeur. Son humanisme lui permettra-t-il d’accomplir les miracles dont ces enfants ont tant besoin ?

Voici comment commence le manga :
« Cet arbre est un platane, mais on l’appelle aussi « L’arbre d’Hippocrate ». En effet, c’est sous un platane qu’Hippocrate, le grand médecin de l’antiquité grecque, aurait enseigné sa science à ses disciples, établissant par là même les bases de la médecine. Deux mille cinq cents ans plus tars, cette discipline continue d’être transmise de génération en génération. »

Dans ce premier tome nous allons donc faire la connaissance de Maco Suzukake, un jeune pédiatre assez excentrique aux yeux de ses collègues qui semble très apprécié par les enfants. En effet il semble bénéficier de grandes qualités humaines et d’un excellent sens de l’observation, ce qui fait de lui un très bon médecin. Au cours des chapitres il va à chaque fois déculpabiliser les parents qui font généralement de leur mieux pour leurs enfants.
Nous apprendrons que sa vocation n’est d’ailleurs pas le fruit du hasard puisqu’il a été élevé au sein d’une famille où la mère était également pédiatre et le père chirurgien.
En parallèle et ce qui amène un petit côté comique au manga, Maco aime faire des vidéos pour Youtube, mais l’apprenti youtubeur a bien du mal à recevoir des likes pourtant il y met du sien.

Le manga est un manga tranche de vie, nous allons donc suivre Maco dans sa vie de tous les jours et plus particulièrement au travail où il va s’occuper de divers cas.
Nous allons dans le premier tome être confronté à trois cas différents assez classique en pédiatrie, cela nous permettras aussi d’en apprendre un peu plus.
Le cas numéro un concerne un enfant venu pour des maux de ventre et soigné donc pour une classique gastro-entérite mais qui au final se révèlera être une invagination intestinale. Un trouble qui affecte surtout les enfants de moins de 6 ans. Pris à temps cela n’est pas bien grave, mais il convient aux parents bien évidemment de toujours faire attention à leurs enfants quand ces derniers ont mal au ventre.
Le cas numéro deux concerne la fameuse ingestion d’une pile bouton, un cas très classique malheureusement et auquel sont confrontés bon nombre de parents. D’ailleurs on ne cesse de nous rabâcher de ne pas laisser traîner des piles lorsque l’on a des enfants en bas âge, mais cela vaut aussi pour tous les objets dans lequel il y en a.
Enfin le dernier cas sera ce que l’on appelle le « Syndrome du tourniquet ». C’est quelque chose que je ne connaissais pas, pourtant là encore très répandu. Lorsque un cheveux va s’enrouler autour d’un doigts ou d’un orteil d’un bébé.

J’aimerais noter également une chose que j’ai trouvée très bien pensé dans le manga, c’est le fait que lorsque Maco établit un diagnostique l’on vois autour de son visage toutes les possibilités que peuvent évoquer les symptômes. Puis en procédant par déduction tout en analysant les éléments dont il dispose, il peut ensuite faire mouche et ne pas se tromper.

Mais à côté de ces cas médicaux, l’auteur va aussi en profiter pour nous décrire des parents qui ne se comportent pas toujours de la meilleure des façons avec le personnel médical, ce qui peut nous amener à réfléchir et à essayer de faire un travail sur nous-même. En effet, l’on retrouve des parents agressifs envers les médecins qui ont quelque part perdu confiance en la médecine. Il n’est pas rare de nos jours que cela aille jusqu’au procès.
De plus bien souvent les parents pensent tout savoir car ils sont allés consulter les fameux forum internet. Là-dessus pour ma part je suis un peu plus nuancé que l’auteur, je dois bien l’admettre. En effet je pense qu’une bonne utilisation des informations que l’on trouve sur le net peuvent aider à poser un diagnostique, mais attention quand cela est fait de manière intelligente.
Enfin les gens ont tendance à aller pour tout et n’importe quoi aux urgences et surtout 24h/24h. Bien évidemment il n’est pas question ici de critiquer les parents qui emmènent leurs enfants à l’hôpital en cas de VRAI urgence, mais le fait est que parfois pour des petits bobos des places sont prises alors que des cas plus grave devrait pouvoir en bénéficier.

L’auteur pointe aussi un aspect économique et la quête à la rentabilité qui fait que des services ferment pour cette unique raison. C’est assez moche dans un milieu où le but est clairement de sauver des vies. En plus de cela le taux de natalité au Japon baisse, ce qui amène une problématique supplémentaire pour la pédiatrie.
C’est d’ailleurs cela qui a fait que Maco ne parle plus à son père depuis une quinzaine d’année et ce dernier est fort surpris lorsqu’il reçoit une lettre de celui-ci l’invitant à lui rendre visite.
Nous apprendrons que ce père qui avait carrément fait fermer le service de pédiatrie où sa femme travaillait a finalement vendu son ancien centre médical pour en transformer un autre en clinique spécialisée en pédiatrie. Une clinique au top pour les enfants avec un équipement ne pouvant que leur convenir.
Bien évidemment Maco est méfiant et ne comprend pas pourquoi ce virage à 90 degrés de la part d’un père qui l’avait toujours poussé à ne pas faire de la pédiatrie. Mais ce dernier semble avoir changé et souhaite à présent aider les enfants à bâtir leur futur. L’on comprend aussi que se cache derrière quelque chose d’autre qui serait plus de l’ordre du sentiment de culpabilité, en effet c’est également pour lui comme un devoir envers la mère de Maco qui n’est plus là.

J’ai trouvé cette confrontation/relation entre Maco et son père très intéressante et c’est aussi pour moi ce qui fait l’intérêt du manga à ce stade. J’ai d’ailleurs hâte de voir comment cela va évoluer et si Maco est prêt à accepter que les gens peuvent changer.

Concernant les dessins, je les trouve très sympa et maîtrisé et je n’ai donc aucune remarque négative à faire.
Nous retrouvons des arrières plans travaillés, les personnages sont expressifs et on les distingues très facilement.

Un petit bémol sur le fait que l’on ne retrouve aucune note de l’auteur, ce que j’aurais apprécié. Notamment afin de savoir ce qui a motivé son choix de faire un manga dont l’histoire se passe dans le milieu médical. L’on ressent bien évidemment une envie de dénoncer un système tourné vers le profit, mais est-ce la seule raison ?

Passons à présent au tome 2…

Tome 2

Résumé :
JE TE PROMETS DE ME BATTRE À TES CÔTÉS, POUR VAINCRE CE MAL QUI TE RONGE !

Dans une société où les parents exigent que le moindre mal de leurs enfants soit pris en charge immédiatement, le jeune pédiatre, Maco Suzukake, continue de soigner ses petits patients avec passion et bonne humeur.

C’est alors que son père avec qui il avait rompu tout contact depuis de nombeuses années, l’invite à venir travailler avec lui au qein de sa clinique pédiatrique. Lui qui, jadis, abhorrait la pratiqque, a-t-il véritablement changé, comme il le clame ?
En proie à un terrible dilemme, Maco ne sait que faire. Parviendra-t-il à dépasser sa rancoeur ?

Toutefois, sa rencontre avec une jeune pianiste virtuose pourrait bien bouleverser sa tie à tout jamais…

Dans ce second tome nous allons découvrir à nouveau trois cas différents dont deux qui seront un peu plus développé et permettront bien évidemment de faire avancer l’histoire.

Au début nous retrouvons Maco en compagnie de son collègue Nabe qui l’interroge sur le départ ou non de Maco dans la clinique de son père.
A ce stade de l’histoire ce dernier ne sait pas encore ce qu’il doit faire, il faut dire qu’il en veut encore terriblement à ce père qui n’était pas des plus agréable durant son enfance.
Mais les choses vont vite s’accélérer alors qu’il tombe par hasard dans la rue sur une jeune demoiselle connue, prodige au piano et youtubeuse qu’il suit et admire. Alors que cette dernière semble mal en point il l’emmène à la clinique de son père pour la faire examiner, malheureusement cette dernière est atteinte de leucémie, une maladie grave qui demande bien évidemment une hospitalisation de longue durée mettant un terme provisoire à tous ses projets artistiques.
Si les derniers cas que nous avions rencontrés lors de notre lecture étaient tous des cas des plus communs, ici nous avons un cas plus grave.
Tomorin, la demoiselle en question, va en vouloir à Maco et alors qu’elle ne veut pas se faire soigner au risque de mourir, notre jeune pédiatre sait trouver les mots et décide de devenir son médecin référent jusqu’à ce qu’elle renoue avec sa carrière de pianiste. Bien évidemment, il va de soi que pour cela il accepte la proposition de son père et le rejoint dans sa nouvelle clinique.
La demoiselle va pouvoir l’aider à toucher un plus grand nombre d’abonnés !

Cela va nous permettre également d’en apprendre un peu plus sur Maco qui se confie sur le fait que sa mère à elle-même a été emportée par une leucémie. L’on comprend donc à quel point ce cas le touche personnellement. D’autant qu’il ne se prédestinait pas du tout à la médecine, mais c’est à la demande de sa mère qu’il s’est orienté vers cette voie.
Elle qui avait déjà vu en son fils les qualité nécessaire pour devenir pédiatre.

Le voilà donc prêt à intégrer une nouvelle équipe composée de :
Docteur Otomatsu, un radiologue ayant étudié avec le père de Maco
Takuro Yanagi, un chirurgien ayant à peine un an de plus que lui et qui aime les trains
Kumori, un anesthésiste aimant le snowboard et la lecture
Sonoko Ogawara, l’infirmière en chef qui semble assez proche de son père
Iku Aoba, spécialiste de l’enfance ou C. S.L. Que nous avions vu dans le tome 1 et qui a donc connu le père de Maco durant son examen aux États-Unis.

Au début l’on ressent que certains de ses nouveaux collègues ne l’apprécient pas trop, mais cela n’affecte pas Maco car pour lui les pédiatres sont de bonnes personnes.
Il faut dire que Maco à certains idéaux qu’il veut partager avec ses collègues, pour lui être pédiatre ce n’est pas seulement prendre soin du corps des patients mais aussi de leurs états d’âmes et ceux de leur famille. En effet, pour qu’un enfant puisse accepter de venir régulièrement à la clinique, il faut qu’il s’y sente bien et c’est donc au corps médical de tout faire pour que cela se passe au mieux.
Son père viendra d’ailleurs l’épauler pour que tout se passe au mieux alors que se présentera le deuxième cas concernant une appendicite.
Certains passages nous montrerons également à quel point il est attaché à son fils et heureux de le savoir à nouveau à ses côtés, il ne manque plus que le deuxième…

Puis nous allons découvrir le troisième cas, il s’agira d’hypocalcémie dû à une carence en vitamine D.
Un cas qui permettra aussi de présenter à quel point la venue d’un enfant peut bouleverser l’équilibre d’un couple et que même malgré les meilleures intentions via un comportement surprotecteur, l’on ne peut éviter certaines choses. Il faut simplement accepter qu’être parent c’est aussi faire des erreurs, le plus important étant de toujours vouloir faire le mieux pour notre enfant.
Je vous avoue que c’est une leçon à laquelle nous avons eu droit en cours de psychologie et je trouve la façon dont est présenté ce cas très intéressante.
Les parents peuvent aisément s’y retrouver.
Il également question de la question de l’allaitement avec la mère qui ne veut pas arrêter d’allaiter son enfant car l’on connait les nombreux bénéfices de ce dernier, mais il présente aussi des limites passé un certain âge.
Bien évidemment, là encore, loin de faire culpabiliser la mère c’est avec bienveillance que les pédiatres lui prodigueront de bons conseils.

Maco va comprendre à quel point son père a changé et à quel point il devait être rongé par les remords depuis toute cette année.

À la fin du tome nous découvrons que le frère de Maco est sur le point d’arriver, ce qui nous donne bien évidemment envie de lire la suite avec impatience.

Pour conclure je tiens de même à dire que j’apprécie fortement les mangas dont l’action se déroule dans le milieu médical et de ce fait mon avis risque d’être un peu orienté. Cependant je dois bien admettre qu’ils ne se valent pas tous et pour ma part j’ai trouvé que Les Enfants d’Hippocrate était très agréable à lire et ne nécessitait pas des connaissances. Comparativement à certains autres, nous n’avons pas tout un tas d’informations qui peuvent être difficiles à digérer en une fois et qui pourrait rendre la lecture tout de suite bien moins fluide. Là j’avoue avoir vraiment apprécié ces deux tomes que j’ai lu sans aucune difficulté, ils m’ont paru un peu plus léger que d’autre tout en dénonçant tout de même un système et en nous fournissant des informations.
Bref, pour moi c’est un sans faute et je vous invite à lire ce manga à votre tour.

Tome 3

Résumé :
TOUT CE QUE JE SOUHAITE, C’EST VOIR UN SOURIRE SUR LES LÈVRES DE MES PATIENTS !

Maco officie désormais en tant que pédiatre dans la nouvelle clinique qu’a ouverte son père à Hokkaidô, et il apprend petit à petit à connaître ses nouveaux collègues.
Devenu médecin référent de Tomorin, une jeune virtuose du piano atteinte d’une leucémie, il ne peut s’empêcher de faire le parallèle avec sa propre situation familiale.
C’est alors que réapparaît Hideki, grand frère de Maco et brillant chirurgien pédiatrique, qui n’avait pas donné de ses nouvelles depuis de nombreuses d’années… Mais celui-ci semble ne pas partager les mêmes convictions que celles qui animent le jeune médecin…

Dans ce tome l’on va retrouver Tomorin face à la leucémie, la peur qu’elle ressent mais aussi les questions qu’elle se pose. Nous découvrons que tout comme Maco, elle semble avoir une relation problématique avec son père, notamment à cause de son succès qui n’était pas prémédité. Maco et elle vont s’ouvrir l’un à l’autre e t tous deux vont décider d’avancer ensemble pour trouver une solution, d’autant qu’il est important d’être entouré de ses proches pour guérir.
Si Tomorin semble sur la voie du pardon, Maco arrivera t’il à faire de même avec son propre père ?

Un autre élément clé de ce tome sera le retour du frère de Maco, un chirurgien pédiatrique qui vient travailler à la clinique lui aussi et avec qui Maco est en froid. L’on ressent d’ailleurs que ce dernier se méfie de lui.
Le nouveau cas d’une petite fille atteinte d’un trouble neurologique permettra de mettre en évidence la différence de caractère et de comportement des deux frères. Alors que Maco fait toujours preuve d’une grande bienveillance, Hideki lui est très froid et refuse de prendre le moindre risque, de plus il est clair qu’il manque de psychologique.

Alors qu’il est temps à présent pour Maco d’intégrer officiellement l’équipe de la clinique de son père, saura-t-il composer avec ses nouveaux collègues ainsi qu’avec ce frère aux positions très éloignées des siennes.
C’est un nouveau chapitre dans la vie de Maco qui commence et j’ai hâte de lire le tome suivant.

On notera que l’on retrouve au début du manga une présentation des personnages toujours très appréciable.

Un manga que je vous conseille toujours autant.

Je vous invite à suivre Mangetsu sur les réseaux sociaux…

04 01 03 02

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, si vous avez des questions à me poser je suis à votre disposition.
CatZ

13 réflexions sur “Les Enfants d’Hippocrate

  1. Pingback: Les enfants d’Hyppocrate, volume 4 – Toshiya Higashimoto – Le Parfum des Mots – Manga Berugi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s