Golden Guy

Année : 2020
Catégorie : Seinen
Genres : Action / Drame
Dessinateur : Jun WATANABE
Scénariste : Jun WATANABE
Éditeur : Mangetsu

Tout d’abord je tiens à remercier l’éditeur pour le magnifique service presse que j’ai eu la chance de recevoir pour ce titre. En tant qu’amatrice de Goodies, c’est un énorme cadeau pour moi que ce petit coffret avec les trois pièces.
Il saura de ce fait trouver une place de choix dans notre vitrine dédiée aux objets en lien avec les mangas de la collection.

Pour commencer je vous propose donc de vous retranscrire la présentation du manga que l’on retrouvais dans le petit coffret que vous voyez sur la photo. En plus du résumé de ce premier tome, l’on y retrouve une présentation de l’auteur.

Gai Sakurai est le chef du clan Osaragi, groupe rattaché au puissant gang de Yokohama connu sous le nom de « famille Kikaku ». À la tête de sa petite bande haute en couleur, il coule des jours heureux jusqu’au meurtre d’un de ses protégés. Tout laisse croire à un coup du clan Akane, faisant partie de la même famille, qui semble surtout intéressé par le légendaire trésor caché des Tokugawa, supposément dissimulé chez les Osaragi. Ici débute une aventure riche en énigmes où se mêlent jalousie, violence et fatalité !

Voici la présentation de l’auteur :

Jun Watanabe est né en 1968 à Tokyo et il est scénariste et essinateur.
Auteur à succès au Japon, il se fait connaître en France avec Montage, un seinen en 19 tomes qui sera par la suite transposé à la télévision, en 2016. Celui-ci met en scène un fait divers authentique et jamais élucidé : le vol de 300 millions de yens dans une banque japonaise, en 1968.
Après la parution de Malédiction Finale en 2015, il revient cinq ans plus tard sur le devant de la scène avec Golden Guy, publié chez Nihon Bungeisha.

Si je n’ai pas eu l’occasion de lire Montage, je vous avoue que j’avais adoré Malédiction Finale que j’avais même chroniqué à l’époque sur Facebook tant il m’avait plu.

Mon avis sur ce premier tome :

Le monde des Yakuzas fascine et même si j’ai parfaitement conscience que les mangas nous offrent bien souvent une version édulcoré des choses au mieux ou totalement fantaisiste, c’est un genre que j’aime retrouver et que je prends généralement plaisir à lire.

Ce premier tome est une mise en place de l’histoire, visant avant tout à nous présenter les personnages principaux et les différents liens qui les unissent. Il est question là d’une lutte intestine, c’est-à-dire d’un conflit entre deux clans d’une même famille avec d’un côté le clan Osaragi ayant à sa tête Gai Sakurai qui souhaiterait lever le voile sur la mort suspect de celui qu’il considérait comme un père et qui était alors le chef du clan ; et de l’autre côté le clan Akane avec à sa tête Kyôsuke Akane bien décidé à découvrir un trésor présumé qui se trouverait sous les bureaux du clan Osaragi. Ce dernier est d’ailleurs prêt à toutes les bassesses pour cela, coups bas, manipulations et trahison seront de la partie.

Gai Sakurai présent sur la jaquette et qui sera sans doute le personnage principal, y est présenté comme un gars plutôt cool et sympathique, sentiment renforcé par des dialogues qui peuvent nous faire sourire même si le manga n’est pas humoristique. Gai sait afficher avec les siens un comportement décontracté, il est d’ailleurs très attaché aux autres membres qui pour lui sont plus des potes qu’autre chose, mais lorsqu’il il est question de sa « famille » il ne rigole plus, gare à ceux qui s’en prendrais aux siens car n’oublions pas qu’il reste un Yakuza !
Je trouve que c’est un personnage auquel l’on s’attache assez rapidement.

Au début du manga l’on retrouve une présentation des divers personnages avec leurs âges, les clans auxquels ils appartiennent ainsi que leurs rôles dans celui-ci et dans la famille Kikaku.
C’est pour moi une aide précieuse car nous avons tout de même pour démarrer beaucoup de personnages différents, de noms à retenir etc… Mais je dois admettre que chacun est identifiable assez facilement avec des spécificités telles que des cicatrices, lunettes, etc… Je ne me suis pas sentie perdu durant ma lecture, chose qui me faisait un peu peur. D’ailleurs des présentations brèves sont même reprises dans les différents chapitres à chaque nouvelle apparition. Top !

Concernant les dessins, personnellement je les apprécie, il faut dire que l’auteur m’avait déjà beaucoup séduite avec son précédent manga « Malédiction Finale » que j’avais beaucoup apprécié. C’est propre et il n’y a rien à redire, les traits sont maîtrisés, les expressions communicatives, les décors présents.

Bref, pour moi ce premier tome est une réussite prometteuse, j’attends avec impatience de pouvoir lire la suite. Pour le moment je ne m’aventurerais pas à vous dire que le scénario est original ou non, mais je trouve l’histoire intéressante. À voir par la suite, d’ailleurs la série est toujours en cours au Japon avec 6 tomes parus à ce jour.

Je vous invite à suivre Mangetsu sur les réseaux sociaux…

04 01 03 02

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, si vous avez des questions à me poser je suis à votre disposition.
CatZ

10 réflexions sur “Golden Guy

  1. Ce manga a l’air très sympa ! Le coffret que tu as reçu fait plaisir à voir!
    J’ai pendant longtemps lu des mangas mais je suis passée à autre chose. J’aimerais bien pouvoir m’y remettre mais je ne sais pas par où commencer 🙂

    J’aime

    • Oui c’est possible, après j’ai toujours trouvé que les Yakuzas avaient des valeurs intéressantes donc bon. J’aime ce côté très protecteur de la famille qui passe avant tout.
      Après effectivement il y a tout un aspect plus sombre, mais franchement j’ai apprécié ce premier tome.

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s