L’Enfant Insecte

Année : 1975
Catégorie : Seinen
Genres : Drame / Horreur
Dessinateur : Hino Hideshi
Scénariste : Hino Hideshi
Éditeur : IMHO

Voici la présentation de l’éditeur :

Rien ne va plus pour le pauvre Sanpei Hinomoto. Fasciné depuis tout petit par les insectes, le jeune garçon voit sa vie basculer le jour où il est mordu par une espèce rare de cafard et commence à se transformer en énorme insecte. Enfermé dans sa chambre, rejeté par sa famille, il n’a pas d’autre choix que de s’enfuir et d’errer dans une nature hostile. Car le combat contre les autres ne fait que commencer : de l’incompréhension de sa famille à la haine de la société à son égard, le jeune garçon doit à tout prix apprendre les nouvelles règles qui régissent son existence : tuer pour survivre. Adaptation très libre de la Métamorphose de Franz Kafka, L’Enfant Insecte prouve une fois de plus toute la force de l’imagination morbide de Hideshi Hino. Avec ce trait si caractéristique extrêmement chargé, l’auteur de Panorama de l’Enfer (Sélection Angoulême 2005) et de Serpent Rouge crée un nouveau conte horrifique aussi puissant qu’intriguant et continue d’explorer les tréfonds de l’âme humaine, et ce, sans aucune compromission.
(Source : https://www.imho.fr/livres/L-Enfant-Insecte/)

Sur le site de l’éditeur l’on retrouve également une petite biographie de l’auteur ce qui peut être intéressant :
Né en Chine en 1946, Hideshi Hino découvre un Japon apocalyptique et anéanti, une vision d’horreur qui deviendra quelques années plus tard l’une des sources principales de son œuvre. Grâce à l’aide d’un ami, il publie sa première bande dessinée en 1978 et donne le coup d’envoi d’un renouveau complet du manga d’horreur. Volontiers touche à tout, il s’essaie aussi bien à l’animation, à la bande dessinée qu’au cinéma (il est l’un des réalisateurs de la série culte Guinea Pigs) et a publié plusieurs dizaines de mangas.
(Source : https://www.imho.fr/book-author/hideshi-hino/)

En plus de L’Enfant insecte, les éditions IMHO proposent aussi Serpent Rouge et Panorama de l’enfer. Vous pouvez déjà retrouver un article pour Panorama de l’enfer : ici.

Mon avis :

Un manga que j’ai apprécié mais j’avoue que j’aurais apprécié avoir une postface en fin de tome car pour moi il aurait intéressant de trouver une petite analyse ou au moins avoir une explication de la part de l’auteur sur ce texte.
Si cela ne figure pas sur le manga, il est noté sur le site de l’éditeur qu’il s’agit ici d’une adaptation très libre de La Métamorphose de Franz Kafka, j’ai donc choisi de lire ce court roman trouvable gratuitement afin de comprendre peut être un peu plus où voulait nous emmener Hideshi Hino, mais j’avoue que cela ne m’a pas tant aidé que ça.
Il m’aura sans doute fallu plusieurs lectures pour bien comprendre le propos.

Il s’agit donc là d’un conte qui commence par « Il était une fois » où nous allons assister à la transformation d’un jeune garçon en monstre suite à une piqûre d’insecte qu’il trouvera dans son vomi.
Contrairement au roman de Kafka, nous allons vraiment assister à tous les stades de son évolution, ce qui permettra au début de bien cerner le personnage, un garçon chétif, mauvais en tout, solitaire, perçu comme un boulet pour la plupart des gens, souffre-douleur et différents de ses frères et sœur mais disposant des qualités du cœur avec un amour sans limite pour les animaux et notamment les insectes.
Le petit homme s’était même construit un refuge dans une décharge pour échapper au monde…

La transformation à laquelle nous assistons est visuellement dégoutante, douloureuse, jusqu’à ce qu’il devienne une chenille géante.
Et là son existence va passer par plusieurs stades, tout d’abord perçu et traité comme un déchet, sa famille n’a qu’une envie, c’est se débrasser de lui.
Que penserait les autres de cette chose vivant sous leur toit ? Je trouve cela très violent, car la différence n’est pas acceptée.

Fort heureusement, il échappe à la mort et fini par prendre son propre chemin, mais son calvaire continu alors que même ses anciens « amis » animaux le rejettent, lui qui leur avait toujours tendu une main bienveillante et amical. Le voilà libre d’explorer le monde et la déchéance de celui-ci au travers notamment des bas fond de la ville.
Bien qu’il ne soit pas si malheureux sa solitude lui pèse, l’homme n’est pas fait pour être seul… et même si le voilà à présent insecte, il n’en demeure pas moins que sous cette enveloppe il est encore lui-même…

Un tournant va s’opérer alors qu’il se retrouve capturé tel une bête de foire. Il se rend compte qu’il a à présent évolué et qu’il est devenu bien plus qu’une larve, c’est un insecte vénéneux ! Et la confiance en lui que cela lui procure, celle-là même qui lui a tant fait défaut par le passé va le pousser sur la pente de la vengeance, de la violence, du meurtre. Le voilà devenu un meurtrier, perdant peu à peu son humanité…
N’est-il pas le fruit au final de tout ce qu’il a subi ? Quel est sa part de responsabilité dans tout ça ?

Alors qu’il va connaître la souffrance du souvenir, il va retrouver les siens qui ne manqueront pas de chercher à le tuer… décidemment il n’y a pas de place pour lui. Et le voilà qui s’éteint dans le désespoir…

Bref, vous l’aurez compris, c’est un conte terriblement sombre et triste dont les dessins sont en accord avec toute l’horreur de son contenu où j’y vois une réflexion sur l’absurde et la violence des relations humaines.
L’enfant devenu insecte est un objet de mépris et d’exclusion, sa différence n’engendre que la haine des autres.
Encore une fois difficile pour moi de le conseiller à n’importe qui, mais il plaira de manière certaine aux amateurs du genre.

Je vous invite à suivre l’éditeur sur les réseaux sociaux…

04 01 02

^^
CatZ

7 réflexions sur “L’Enfant Insecte

    • Maintenant l’adaptation est très libre comme c’est écrit dans le résumé, alors que pour Kafka il se réveille transformé, là nous avons tout un processus de transformation. Et alors que dans le roman il reste dans sa chambre, le petit garçon s’enfuit et explore le monde. Maintenant je pense que le fond reste le même bien évidemment.

      J’aime

  1. Hello !
    J’adore tes articles, j’aime comment tu tournes tes phrases pour me donner envie de lire chacun de tes mangas! Je crois que dès que je vais avoir 5 minute je vais revenir sur ton blog est acheter la totalité de ce que tu proposes car ta sélection est vraiment dans mes gouts ❤️

    J’aime

  2. le sujet est intéressant, mais je sais déjà que ce ne sera pas pour moi 🙂 la je viens cela dit de finir From the CHildren’s country bien gratiné aussi 🙂

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s