MAGICA

271184812_3140243472855892_6240240914637178429_n

Année : 2019
Catégorie : Seinen
Genres : Fantastique / Science-fiction / Drame / Romance
Dessinateur : Yuzuko HOSHIMI
Scénariste : Yuzuko HOSHIMI
Date de parution : 12/01/2022
Éditeur : Meian

Voici une nouveauté de chez Meian toute particulière puisqu’il s’agit d’un manga entièrement en couleur, qui nous est en plus proposé dans une édition Deluxe 21cm x 14,8cm avec une couverture rigide.
Un ouvrage très beau dont l’esthétique colle parfaitement au contenu puisqu’il va s’agir ici d’un livre de contes.
Les couleurs pastels telles qu’on les retrouve semble nous apporter une grande touche de douceur, mais qu’en est t’il réellement ? Est-ce vraiment un ouvrage gentillet ou bien allons nous être surpris ?
Nous retrouvons quelques pistes de réponse dans la présentation de l’éditeur :

Sans titre 10

Découvrez les contes oniriques d’un magicien qui observe le monde ! Il est le témoin privilégié de ces instants où la vie brille de mille feux… 

Yuzuko Hoshimi reprend ici les codes du conte enfantin et son style graphique pour aborder des sujets bien plus matures au fil de quatre histoires entièrement colorisées aussi douces qu’amères. De récit en récit, elle montre que l’éclat de la vie peut jaillir de n’importe où, même des ténèbres les plus obscures. Parfois cruelles, souvent tragiques, chacune d’entre elles transpire néanmoins de tendresse, mais aussi d’amour pour son prochain.

Les contes étincelants du magicien qui ne pouvait sauver personne…
Il était une fois un magicien à la chevelure scintillante comme une nébuleuse et aux pupilles remplies d’étoiles… Contrairement à ceux qui peuplent habituellement les contes, celui-ci ne possédait qu’une seule magie, unique en son genre : il pouvait transformer l’éclat de la vie en joyau ! Tout au long de son interminable vie, il fut le spectateur impuissant d’innombrables drames et de bien des comédies… Et à chaque fois, c’est au moment où la vie brillait de son plus bel éclat que se formait la plus belle des gemmes… Laissez-nous vous conter les histoires qu’elles contiennent…
(Source : https://www.meian-editions.fr/meian/licence/magica/1408)

Extrait : https://www.meian.fr/preview-meian/#/lecteur/3339

Concernant l’auteure je n’ai pas rien trouvé à vous communiquer, cependant n’hésitez pas à consulter ses réseaux sociaux, car bien qu’ils soient dans une autre langue présentent des dessins que nous pouvons admirer sans barrière de la langue.
→ Instagram : https://www.instagram.com/yuzuko_hoshimi
→ Twitter : https://twitter.com/cocoyuzu7777

Voici à présent mon avis concernant ce manga.

Déjà pour commencer c’est une très très bonne surprise pour moi, un livre qui m’aura fait verser ma petite larme à la fin, un ouvrage magnifique que ce soit sur le fond ou la forme, les messages qui y sont véhiculés et qui nous amènent à des réflexions philosophiques sont très intéressants.

J’avais quelques craintes quand au fait qu’il ne s’agisse pas d’un ouvrage destiné à un large public, en effet combien de fois j’ai vu des ouvrages semblant mignons mais qui au final s’avérait tout le contraire. Et bien ici je pense que ces contes peuvent être lu aussi bien par les adultes que par les enfants, mieux encore ils peuvent permettre d’instaurer un échange constructif entre un parent et un enfant, entre des amis etc…
Ces contes renferment une magie dont le pouvoir est de nous faire réfléchir et n’est ce pas ainsi que l’on se construit ?

Sans titre 18

Nous retrouvons Magica, un cerf à l’apparence humaine qui va compter à un jeune garçon 4 histoires se trouvant enfermées dans une gemme crée par un étrange magicien dont son seul pouvoir jugé inutile par ses paires, était de transformer les éclats de vie en gemme. De part sa nature immortelle il assista à de nombreux drames et comédies dont il fut le témoin.

Le pays magnifique

Sans titre 20

« La sirène de cette histoire était à la recherche de la chose la plus belle du monde. La « beauté »… Qu’est ce que ça représente d’après toi ?

A travers l’histoire d’une petite fille vivant dans un monde particulier et d’une sirène, nous allons retrouver un questionnement sur ce qu’est la « Beauté ».
L’histoire en elle même est assez simple à comprendre, la demoiselle vie dans un monde où la vieillesse n’existe pas, et où les gens sont esthétiquement beaux jusqu’à leur mort. Pour cela chaque jour et depuis leurs 18 ans, ils consomment de la sirène.
Mais un jour elle va pêcher l’une d’elle et une relation d’amitié va naître entre elles…

Bien évidemment je n’ai pas besoin de vous spoiler l’histoire pour que vous compreniez par vous même de quoi il va être question.
Mais nous pouvons faire plusieurs parallèles avec d’autres sujets également qui se greffe à la réflexion principale qu’est ce qu’est le Beau. Du moins c’est ce que je pense.
Notamment par rapport au fait de manger de la viande d’animaux…

En quelques pages l’auteure arrive vraiment à cibler certaines choses qui admettons le ne nous feront pas forcément plaisir. Mais c’est toujours intéressant de se questionner, pour avancer, pour se remettre en question.
Je vous avoue que cette première histoire ne m’a pas laissé de marbre.

La lame du bonheur

Sans titre 21

« Il était une fois deux personnes qu’un lien indéfectible unissait malgré leurs différences… Leurs tracas, leurs vies, leurs personnalités… Tout les opposait, mais il n’en avaient cure !
Parce que tous deux portaient en leur cœur la même lame… »

Une très belle histoire qui met donc en lumière la relation d’amitié entre deux jeunes hommes, un aubergiste et un épéiste, qui diverge sur pas mal de choses mais qui au final poursuive un même but.
Je pense qu’il s’agit ici d’une belle histoire de tolérance envers l’autre, et de vivre ensemble, qui montre que l’on peut construire quelque chose malgré nos divergences…
Et c’est un sujet très important, je dirais même d’actualité, avec tout ce qui se passe dans nos sociétés qui sont de plus en plus divisées.
Les êtres humains n’ont-ils pas fondamentalement un même but ?

L’aubergiste est incapable de tirer sur un être humain, et il ne peut appuyer sur la gâchette que dans le but de se nourrir, même si il a conscience que c’est en prenant la vie d’autrui que l’on se sent vraiment vivant…
Le guerrier légendaire quand à lui est incapable de tuer un animal, si sa vie n’est pas en danger il n’arrive pas à tuer mais il a pour autant conscience que c’est en prenant des vies que nous pouvons nous nourrir et c’est de cette façon que l’on sait que l’on est vivant…
Mais très vite ils comprennent que leur but commun est le bonheur d’autrui… le guerrier qui se bat pour protéger la vie des gens, et l’aubergiste qui nourris les gens pour qu’ils demeurent vivant et en bonne santé.
Un monde tout en nuance où tout n’est ni blanc, ni noir, mais plutôt gris…

Une Utopie Diabolique

Sans titre 22

« Les gens ne le savent pas, mais… cet endroit était autrefois une utopie pour les personnes les plus malfaisantes… Qu’est-ce qui est bien ? Qu’est-ce que le mal ? Ne sommes nous pas prisonniers des valeurs d’autrui ? »

Des questions philosophiques auxquelles il n’est pas aisé de répondre, et je trouve que l’histoire cherchant à y répondre nous laisse une part d’espoir face à un monde que l’on pourrait croire perdu.
En effet, lorsque tout est noir autour de nous, n’est-il pas possible de trouver une étincelle afin de ranimer la flamme ?

Dans cette histoire il est question d’un jeune qui vit dans une monde où pour survivre, ceux qui sont situé en bas de l’échelle doivent tuer… c’est tout aussi simple que cela. D’ailleurs il me semble que cette thématique à déjà été abordé en science fiction.
Notre héros tueur émérite va pourtant laisser vivre une mère et son enfant contre une graine. Bien peu de chose dans un monde où la nourriture et surtout l’eau manque cruellement et où les déchets recouvre l’espace. (Oui je pense que clairement il y a un parallèle avec ce que l’on pourrait voir pour le futur de notre belle planète). Il choisi alors de s’en occuper sacrifiant au passage son eau, tout en apprenant que cette dernière grandit en fonction du cœur des gens. Le résultat sera très surprenant…

Au delà du questionnement concernant le bien et le mal, je trouve qu’il y a aussi une forme de transgression de la part du jeune homme, qui justement ne va pas suivre les règles telles qu’elles lui ont été imposé dès sa naissance, et cette transgression aura bien évidemment des conséquences.
Encore une fois, nous sommes là d’après moi face à un conte qui aborde plusieurs choses et qui nous laisse cette part d’espoir indispensable à la vie.

L’Aube du Phénix

Sans titre 23

« Est-ce qu’il t’est déjà arrivé de te réveiller baigné par la cruelle lumière du soleil ? Ne t’en fait pas, inspire profondément et ferme les yeux… Ton Magica est là et il t’aime tant… »

Nous y retrouvons une amitié entre une humaine et un phénix qui né le matin pour mourir la nuit… Tous les jours… Ce dernier est las de sa vie et la jeune fille va l’accompagner jusqu’au bout de la sienne.

Je vous avoue que je n’ai peut être pas pleinement perçu le sens de ce conte, je pense qu’il s’agit tout simplement de la valeur de la vie et ce qu’elle représente pour chacun, ainsi que le sens du cycle de la vie.

Sans titre 24

Voilà pour ce manga que vous aurez j’espère envie de lire, car pour moi ce manga est un coup de cœur et c’est quelque chose que j’aimerais partager avec vous.
Une petite parenthèse de réflexion, de poésie, de magie dans nos vie…
Et j’aimerais conclure avec les mots de l’auteure :
« Ce livre est-il un illustré ? Un conte de fée ? Un manga ? Un roman ? Vous trouvez sûrement que mon œuvre se situe à la frontière de plein de genres différents, n’est-ce pas ? C’est très bien comme ça ! A l’origine, les frontières n’existaient pas, alors autant les franchir allégrement ! Je suis sûre que de cette façon, ce monde aux lignes troubles a probablement transmis quelque chose à votre cœur.
Voilà ce que , moi, j’appelle la magie. »

SURPRISE, à ma demande et avec la participation bien évidemment de Meian, nous allons vous proposer de gagner votre exemplaire de MAGICA.
N’hésitez pas à participer à notre CONCOURS que vous allez pouvoir retrouver sur INSTAGRAM.

Concours MAGICA Insta

Un grand MERCI à Meian pour cette découverte, je vous invite bien évidemment à suivre l’éditeur sur les réseaux sociaux.

04 01 03 02

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, si vous avez des questions à me poser je suis à votre disposition.

CatZ

Publicité

23 réflexions sur “MAGICA

  1. Franchement ça a vraiment l’air intéressant ! D’autant plus que l’édition donne envie de lire car elle est super belle, les pages sont en couleurs et le format est un peu plus grand, j’ai hâte de le découvrir ! ( je participe d’ailleurs au concours, mon pseudo c’est : sara.tgs_ 🍀 ).

    J’aime

  2. Comme je te le disais sur insta, la beauté de l’objet livre, ses dessins inspirés des contes et son univers onirique m’attirent beaucoup. Ça me rappelle en moins sombre Le monstre d’Einstein que je viens de lire et que j’ai beaucoup aimé ><
    Merci pour ce bel avis détaillé et enthousiaste 😘

    J’aime

  3. Le manga a l’air très intéressant, d’autant plus si il vous a fait passé par autant d’émotions… Et j’adore les contes quand bien même je suis adulte ^^. Les dessins ont l’air très sympa aussi, c’est rare d’avoir un manga en couleur ! 🙂

    J’aime

    • Et bien google est notre ami : « La raison pour laquelle les mangas sont en noir et blanc est due aux traditions japonaises et à la Seconde Guerre mondiale. Pendant cette guerre, les mangakas choisissent de dessiner en noir et blanc pour que leurs numéros soient rapidement communiqués aux soldats. » Sinon bien évidemment cela vient du fait que les rythme de parution sont tout de même soutenu et ils n’ont pas le temps d’en plus coloriser les planches. En plus de cela c’est un métier à part entière que de coloriser des planches, et je ne suis pas certaines que tout le monde sache le faire.

      J’aime

  4. J’évoquais « The Liar Princess and the Blind Prince » sur Insta pour l’histoire, mais à voir plus d’images d’illustrations, le visuel me fait un peu penser à Hajime Ueda, celui qui a fait le manga du FLCL et qui fait les ending des anime Bakemonogatari.
    Mon pseudo : oly_taka

    J’aime

  5. Je ne me cache pas , je viens chercher les 5 points pour le concours (pour le compte @Fr3d3st3r ). Mais j’en ai quand même profite pour lire l’article , et au vue de cette lecture je pense que je vais me laisser tenter par l’achat ( si je loupe le concours, bien évidemment ) , non pas pour une lecture immédiate, mais dans quelques temps, pour des instants avec mes petits enfants quand j’en aurai ou si mes enfants tarde trop pour un héritage supplémentaire dans ma bibliothèque 😉

    J’aime

  6. Bonjour à tous, c’est très bien résumé bravo, ni trop ni moins. C’est vraiment bien des mangas comme ça, je ne sais pas s’il en a d’autres, en tout cas ça change.
    Pour l’histoire du phénix je pense que c’est les gens qui souhaitent l’immortalité, voilà où se peut mener, la lassitude, et la fille va lui montrer que chaque jour est un cadeau (c’est juste mon avis). Très bonne journée à tous

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s