Babel

Année : 2012
Catégorie : Seinen
Genre : Science-fiction
Dessinateur : Narumi SHIGEMATSU
Scénariste : Narumi SHIGEMATSU
Date de parution : 23/06/2022
Éditeur : Akata
Nb volumes VO : 5 (Terminé)
Nb volumes VF : 1 (En cours)

J’ai pris ce manga car l’histoire me paraissait intéressante, maintenant je ne savais pas du tout à quoi m’attendre.
En général j’aime assez la ligne éditoriale de l’éditeur, donc pourquoi ne pas me laisser tenter par ce nouveau titre mêlant science-fiction et ésotérisme.

Voici pour commencer l’annonce de l’éditeur :

Narumi Shigematsu est une autrice à la carrière unique, une artiste touche-à-tout qui ne se limite pas à un seul genre. Après vous avoir fait découvrir Running Girl, ma course vers les Paralympiques ou À nos fleurs éternelles, nous sommes ravis de vous annoncer la publication de Babel, son manga de science-fiction ! Changement de registre et changement de style graphique pour cette série qui a lancé la carrière de la mangaka au Japon !

Résumé : Europaris, dans le futur… Alors que les livres reliés sont devenus des antiquités, les connaissances de l’humanité sont désormais numérisées et conservées au sein de Bibliotheca, un réseau virtuel qui a pour objectif de réunir et faciliter la diffusion des informations. Cependant, d’étranges phénomènes semblent compromettre la sauvegarde des données… Aussi, en secret, une équipe de « restaurateurs » a été créée. Olsen, jeune homme à l’enfance trouble, est justement sur le point d’intégrer les rangs de cette élite. Mais au cours de son enquête sur les origines de ces « bugs » informatiques, il pourrait bien découvrir des indices sur la disparition de son propre père…

 

Babel est un manga qui a été prépublié dans le magazine Monthly IKKI entre 2012 et 2014. Revue particulièrement en vogue au début des années 2000, IKKI accueillait dans ses pages de nombreux artistes hors norme, comme Taiyou Matsumoto ou Q. Hayashida. Après avoir étudié la reliure en France, Narumi Shigematsu est rentrée au Japon et a décidé de devenir mangaka. Et c’est grâce à son audace qu’elle a trouvé sa place dans ce magazine. Avec cette œuvre de science-fiction flirtant avec l’ésotérisme, elle s’est très vite fait remarquer. Pour preuve, chaque tome de Babel s’achève sur une postface signée par un spécialiste de son domaine :
– Tome 1 : Kenji Kamiyama (réalisateur, animateur) (Jin-Roh, Eden of the East, Ghost in the Shell, Stand Alone Complex…) ;
– Tome 2 : Moto Hagio (mangaka) (Le Cœur de Thomas, Le Clan des Poe…) ;
– Tome 3 : Dominique Chen (professeur universitaire en recherche informatique) ;
– Tome 4 : Shion Miura (essayiste, romancière) ;
– Tome 5 : Daito Manabe (artiste, compositeur, DJ, designer…).

Très en avance sur son époque, Narumi Shigematsu imaginait déjà une société qui tend vers l’hyper numérisation des données (et de la culture). Entre amour du livre et enquête familiale, elle nous livre avec Babel une série en cinq tomes dont les pages reflètent en filigrane une grande érudition, et qui viendra prendre la relève à Wombs, dont la publication vient juste de se terminer en français.
(Source : https://www.akata.fr/actus/annonce-babel)

Extrait : http://www.akazoom.fr/babel-t1

Je ne pense pas avoir à revenir sur l’auteure, l’annonce d’Akata nous donne déjà suffisamment d’informations, notamment certaines qui nous permettent de comprendre un peu mieux pourquoi elle s’est lancée dans une telle histoire.

Voici mon avis sur le Tome 1 :

Cela faisait longtemps qu’un ouvrage ne m’avait pas ainsi paru hors de portée et pourtant accessible en même temps, compréhensible sans l’être vraiment…
Et cela m’a rassuré de découvrir à la fin du tome dans l’entretien de Keiji Kamiyama (réalisateur de films d’animations, on lui doit notamment Ghost in the Shell) à propos de l’ouvrage qu’il avait ressenti quelque chose de similaire.

Il nous manque encore des informations et le lecteur d’après moi peut vraiment se retrouver perdu, mais au final n’est-ce pas voulu ?

Les livres ont toujours eu au fil des siècles énormément d’importance et de « pouvoir », associé notamment à la connaissance.
Et si il existait des connaissances qui doivent rester hors de porté de l’être humain.
De plus lorsque l’on parle de grimoires il y a même un côté ésotérique, magique et l’on peut aisément comprendre que cela puisse quelque part se matérialiser dans le numérique.
Je trouve que l’aspect religieux est une approche intéressante et ce pour diverses raisons, la religion ayant toujours eu un lien assez étroit avec les livres, il suffit de penser par exemple à la bibliothèque du Vatican.
Et le fait que l’histoire se déroule au 21ème siècle ne semble en rien altérer l’influence de la religion dans ce domaine.

Alors qu’il se trouve enfin là où son père travaillait (Bibliothéca), Olsen se voit confié une mission consistant à restaurer certains écrits qui seraient corrompus par quelque chose appelé « Palimpeste ». En fait dans l’antiquité, il s’agissait de parchemin manuscrit effacé sur lequel on avait réécrit, il s’agissait de quelque chose d’assez commun vu la rareté du parchemin.
Cependant, ce phénomène n’a pas lieu d’être en numérique, d’autant que ces « impuretés » semblent avoir une certaine emprise sur ceux qui les découvrent, pouvant même conduire à des altérations de conscience.
Cela aurait-il un lien avec la mort de son père des années plus tôt alors que ce dernier devait examiner un étrange manuscrit apporté par des religieux ?

Si l’histoire a su clairement me séduire et titiller ma curiosité, j’avoue avoir été par contre bien moins séduite par les dessins et le style graphique de la mangaka. Au-delà de son trait que je trouve assez simple, l’exagération au niveau du nez des personnages ne me plaît pas et j’avoue que je me demande si cela ne trouve pas son explication par rapport au fait qu’elle a voulu représenter des Européens comme l’histoire se passe à Europaris.

Bref, je continuerais cette lecture avec grand intérêt puisqu’il n’y a au final que 5 tomes, en effet je trouve que l’histoire est passionnante et mérite que l’on s’y intéresse.
J’y ai perçu un grand amour du « livre », et comme c’est un amour que je partage je ne peux que vous recommander ce titre.

Est-ce que ce manga vous intéresse ?
Si vous lisez cette série, n’hésitez pas à me donner votre avis en commentaire.

Je vous invite à suivre les éditions Akata sur les réseaux sociaux…

04 01 03 02

Si vous avez des questions à me poser je suis à votre disposition.
CatZ

Une réflexion sur “Babel

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s