Unsung Cinderella

Polish_20210210_205957865

Année : 2018
Catégorie : Seinen
Genres : Médecine / Tranche de vie / Josei
Dessinateur : Mamare Arai
Auteur : Mamare Arai
Conseiller médical : Hiromitsu Tomino
Éditeur : Meian
En cours…

Sommaire

Comme je vous en avez déjà parlé, dernièrement les éditions Meian ont sorti tout un tas de nouvelles licences, et j’ai vraiment eu envie d’en partager plusieurs avec vous, car je pense qu’elles méritent très sincèrement que l’on s’y intéressent.
Ici il s’agit d’un titre qui plaira peut être davantage à la gente féminine, même si il s’agit d’un Seinen, et je suis persuadé qu’il se démarque totalement d’autres titres du genre.
Unsung Cinderella place son action dans le domaine médical, et c’est vrai qu’il existe déjà tout un tas de manga qui gravite autour de cet univers, cependant il s’agit souvent d’histoire autours des médecins, et le reste du personnel médical est un peu mis de côté. Dans ce manga il est question d’une profession dont on parle très peu : pharmacien hospitalier.
Et je peux vous dire que j’ai appris pas mal de choses sur ce métier en lisant ce premier tome, c’est d’ailleurs une volonté de Hiromitsu Tomino, pharmacien au quotidien, qui est intervenu sur ce manga en tant que conseiller médical. Son rôle ici est de proposer des scénarios sur le plan médical, mais aussi d’indiquer comment vont réagir les pharmaciens dans telle ou telle situation, histoire de rendre l’histoire crédible.
De plus, voici ce qu’il note dans la postface à la fin du manga «  J’ai dit à l’éditeur que j’espérais que ce manga ait du succès pour qu’il donne envie aux jeunes de faire ce métier, mais il m’a répondu que son public était certainement un peu plus âgé.. J’espère en tout cas que chaque épisode sera intéressant pour accrocher un grand nombre de lecteurs et ainsi augmenter le nombre de vocations pour ce métier à l’avenir. »
Après avoir fini le manga je suis allé faire quelques recherches autour de cette profession, concernant les études nécessaires, en quoi elle consiste en France etc… Et je dois dire que ce n’est pas si éloigné de ce que l’on retrouve dans le manga.
Mamare Arai nous offre ici un manga d’une grande qualité, et j’ai vraiment hâte d’en découvrir davantage, on ne s’ennuie pas et la lecture est très agréable. Au niveau graphique, il n’y a absolument rien à redire, c’est propre, les personnages sont expressif et les décors quand il y en a sont travaillés.

Comme vous pouvez le voir le manga date de 2018, mais il a connu un tel succès qu’une adaptation à vu le jour en drama en 2020 avec 11 épisodes de 46 minutes.
Si cela vous intéresse, il existe même un site officiel du drama en japonais : https://www.fujitv.co.jp/unsung/
Peut être qu’un jour nous aurons la chance de le retrouver sur Netflix, on ne sais jamais. Après tous les séries médicales ont tendance à pas mal fonctionner, en plus le format du manga s’adapte vraiment bien à ce type de série, je ne suis donc pas du tout étonnée.

Unsung_Cinderella-_Midori,_The_Hospital_Pharmacist-P1

Comme pour mes chroniques précédente, je vous met ici tout simplement la présentation du manga telle qu’on la retrouve sur le site de l’éditeur :

Mamare ARAI propose avec ce manga un angle jusqu’ici peu exploité sur le milieu hospitalier, celui de la pharmacie et du médicament. S’ils sont souvent représentés comme des outils de guérison dans la plupart des séries hospitalières, ils sont ici au coeur du propos et aident à mettre en lumière différents aspects insoupçonnés de la médecine. Forte de son succès, la série fait actuellement l’objet d’une adaptation en drama !

Parce qu’il n’y a pas que les médecins qui peuvent aider les malades !

Midori Aoi est pharmacienne hospitalière depuis maintenant deux ans. Énergique et motivée, elle prend son travail très à cœur, mais est également frustrée de ne pas pouvoir aider plus directement les patients. Du fait de sa profession, elle se retrouve systématiquement en second plan, derrière les médecins, alors qu’elle est habitée par la même volonté que ces derniers : aider les patients. Elle passe par conséquent beaucoup de temps avec chacun d’entre eux, ce qui lui vaut régulièrement des remontrances de sa hiérarchie, sans pour autant entamer sa détermination !

Bien qu’ils jouent un rôle secondaire, ils constituent le « dernier rempart »qui protège notre quotidien.
( Source : https://www.meian-editions.fr/meian/licence/unsung-cinderella/1324 )

Vous pouvez retrouver un extrait ici : https://www.meian.fr/preview-meian/#/lecteur/3088

J’aimerais que l’on s’arrête un peu pour commencer sur le titre de ce manga : «  Unsung Cinderella ». Unsung se traduit par méconnue et Cinderella c’est bien évidemment : Cendrillon.
Mais pourquoi faire référence à ce personnage ? Et bien tout simplement je pense que c’est parce que c’est une profession un peu rabaissée dans le milieu hospitalier. On remarqueras d’ailleurs à plusieurs reprises dans ce premier tome que bien souvent les médecins se sentent supérieur, et les patients ne veulent faire confiance qu’à eux ou encore aux infirmiers.
Mais les choses peuvent évoluer, et je pourrais citer Seno le supérieur de Midori : « C’est justement quand on commence à se convaincre qu’on est en bas de l’échelle, qu’on y reste coincé, tu crois pas ? ».
Dès le début du manga, Midori va essayer de répondre à la question suivante, qu’elle se pose à elle même : « A-t-on vraiment besoin de pharmaciens à l’hôpital ? »
Et c’est bien évidemment ce à quoi ce manga va répondre, en nous présentant leurs fonctions, leur quotidien, etc à travers tout un tas de chapitres qui sont à chaque fois de nouveaux épisodes de vie au sein de l’hôpital.

Sans titre 13

Tome 1

Le premier chapitre est vraiment riche en informations, nous apprenons notamment certaines fonctions que peuvent avoir les pharmaciens dans les hôpitaux.
Pour commencer, ils doivent corriger les fautes d’inattention des médecins, ils sont en quelque sorte le dernier rempart qui protège le patient une fois que le médecin à fait sa prescription.
Sur le bandeau du manga l’on trouve d’ailleurs une question en lien avec cela : Chaque jour, combien d’ordonnances sont suspectées d’être à l’origine d’accidents médicaux ? Et je dois dire que la réponse à de quoi faire froid dans le dos. En effet, sur 2 200 000 ordonnances traitées par jours à travers le Japon, il y a 60 000 interventions de la part des pharmaciens pour revalidation avec le prescripteur et en moyenne 70% de ces interventions engendrent un changement de contenu de l’ordonnance !!!
Dans le manga Midori va relever par exemple une ordonnances avec une posologie prescrite de 3 comprimés par jours alors que la posologie habituelle est de 1 comprimé.

Les pharmaciens doivent aussi gérer plus d’un milliers de médicaments différents, et les préparer selon les ordonnances des médecins afin de les dispenser aux patients.
Le but étant de donner à chaque fois le bon traitement, au bon moment.
Ce qui n’est pas toujours chose aisée, on remarquera le cas d’un homme qui initialement devait prendre une certaine dose pour régler son soucis d’asthme, mais devant un changement de comportement vis à vis du tabac, ce traitement devenait toxique.
Il est toujours primordial que toutes les données soient prisent en considération à travers l’écoute ainsi que l’observation du patient
Les pharmaciens vont également avoir un rôle de conseille envers les patients, c’est eux qui vont dire comment prendre aux mieux les médicaments, par exemple la prise de l’insuline.

Sans titre 10

On noteras que l’on retrouve pas mal de termes médicaux au cours de la lecture et de nom de médicaments, mais cela n’empêche en rien la compréhension du manga. D’ailleurs tout est parfaitement expliqué pour que n’importe qui puisse lire l’histoire sans être déstabilisé par un vocabulaire trop complexe.
D’ailleurs dans ce premier tome, j’ai trouvé que toutes les histoires relevaient de cas que l’on a tendance à connaître pour peu que l’on s’intéresse un minimum à la médecine.

L’on apprendras aussi à mon grand étonnement, qu’au Japon les pharmaciens hospitalier s’occupent aussi de patients en externe. Ce qui ne semble pas être le cas chez nous, en tout cas à chaque fois que je suis allé à l’hôpital, sur place les médicaments sont bien évidemment donné quand on est hospitalisé mais une fois que l’on sort, en général le médecin nous donne une ordonnance pour nous rendre dans la pharmacie de notre choix à l’extérieur de l’hôpital.
Les pharmaciens hospitalier ont donc davantage de travail avec ces patients, il est question ici de 1200 patients en moyenne par jours pour une dizaine de pharmaciens.
Difficile dans ces conditions de répondre à d’autres fonctions nécessaire à la profession, tel que rassurer les patients mais aussi les aider lorsqu’il est difficile pour eux de prendre ou de donner des médicaments.
Le pharmacien hospitalier est un spécialiste, il est amusant de constater que Midori connaît même le goût des médicaments ce qui va lui permettre d’aider un jeune patient qui a bien du mal avec le goûts de ses cachets.
Et je dois dire que ses conseils peuvent même être bon à prendre pour nous…

Une question va aussi se poser que l’intervention ou non des pharmaciens lors d’une urgence vitale. Cela semble dépendre de la politique adopté dans chaque hôpital. Dans celui de Midori, ils peuvent se retrouver en première ligne.
Alors certes ils ne peuvent pas pratiquer de soins médicaux, mais ils sont un soutiens de part leurs points de vues, leur aide logistique etc en cas de forte affluence.
Midori va par exemple devoir préparer un médicament, prendre des notes, ou même pratiquer un massage cardiaque… tout cela pour aider un patient.
De plus le questionnement du malade ou de son entourage peut aussi permettre de trouver quel médicament va être le plus pertinent pour sauver la vie du patient.

Sans titre 12

Si le manga suit avant tout la jeune Midori, d’autres personnages ont également leur importance comme Seno son supérieur qui semble s’intéresser tout particulièrement à elle. Il va même jusqu’à la couvrir secrètement dans l’ombre, mais l’on apprend que ce n’est guère étonnant. En effet, Midori à une . personnalité tout à fait particulière, elle se donne à fond, tout comme lui. Et si il arrive qu’elle l’agace, lui même à ses début à fait parler de lui en faisant évoluer les mentalité.
Une infirmière proche de ce dernier va d’ailleurs dire à Midori «  Avant je considérais qu’il n’y avait que les médecins et les infirmiers qui étaient capable de s’occuper des patients, mais aujourd’hui les pharmaciens sont les soignants en qui j’ai le plus confiance ».

Le dernier chapitre de ce premier tome, qui soulève une problématique avec les traitements à vie,va s’intéresser aussi aux infirmières qui sont peut être un peu plus en contact avec les patients et qui de se fait peuvent davantage les connaître.
Un exemple pour les pharmaciens pour qui il est aussi important de connaître les patients, et de développer un sens du relationnel et de l’observation.
Midori a encore beaucoup de choses à apprendre et comprendre pour évoluer, mais son caractère positif et volontaire fait qu’elle deviendra sans nulle l’une des meilleures de sa profession au sein de l’hôpital dans lequel elle évolue.

Au niveau de l’édition, comme toujours il n’y a rien à redire, la qualité est au rendez vous.
Sur la couverture l’on retrouve Midori, et au dos le résumé tout cela avec un fond rappelant la pharmacie.
On notera la présence d’un bandeau qui nous pose une question.
La couverture quand à elle est bleu et l’on y retrouve des articles concernant des règles à suivre par les pharmaciens. Je ne sais pas si cela est fictif ou non, car j’ai fait mes recherches mais je n’ai pas trouvé de document de référence.

Polish_20210210_205903671
Il n’y a aucune page couleur, et à la fin l’on retrouve un mot du conseiller médical dont je vous ais déjà parlé plus haut ainsi qu’un spoil concernant le tome 2.
«  Assurer la gestion des stocks de médicaments, c’est aussi une des missions des pharmaciens. Après un inventaire complet, Midori et ses collègues vont devoir inciter les médecins à prescrire moins d’antibiotiques post-opératoires, en conformité avec les recommandations.
Mais les médecins les plus anciens se montrent quelque peu récalcitrants. »

Voici pour la présentation de ce premier tome, n’hésitez pas à me dire votre ressenti et si cela vous donne envie d’en lire plus.
Avez-vous déjà lu des manga dont l’histoire se situe dans le milieu hospitalier, si oui lesquels ?

Tome 2

Sans titre 1

Un deuxième tome que j’ai tout autant apprécié que le premier avec un sujet que je trouve toujours aussi intéressant et qui nous permet véritablement de découvrir les facettes du métier de pharmaciens, même si sur certains aspects il y a des différences avec ceux que nous côtoyons en France.

Pour cette présentation, je vais donc tout simplement énumérer les différents aspects que l’on va retrouver dans ce second tome.

Après nous avons présenté différentes carrières possibles autre que celle choisi par Midori, suites aux études pour devenir pharmacienne à savoir : pharmacienne en officine ou dans une droguerie, ou bien délégué médical dans un laboratoire pharmaceutique…
Il est temps pour Midori de se retrouver face à une tâche assez difficile de son métier, à savoir l’inventaire qu’elle va devoir faire en binôme avec Kariya.
L’inventaire consiste à dénombrer les médicaments présent dans tout l’hôpital, que ce soit dans la salle de stockage, la dalle de dispensation ou dans chaque service. Les pharmaciens doivent compter un à un chaque comprimé, capsule, flacons, pour connaître l’état exact du stock.
Cela va permettre d’entrer les chiffres dans un logiciel d’analyse permettant d’ajuster les commandes.
Mais l’inventaire permet aussi de faire un bilan sur les différentes consommations au sein de l’hôpital et de revoir certaines habitudes pour diminuer les coûts, mais pas que car le bien être des patients est aussi important.
Comme cas concret, nous avons un exemple du service de chirurgie bucco dentaire qui prescrirait top d’antibiotiques.

Midori est ensuite confronté à une consultation avec un patient, en effet lorsqu’un patient est hospitalisé, le pharmacien va contrôler ses médicaments mais également tout ce qui pourrait avoir des interactions médicamenteuses.
Mais elle va se rendre compte que ce n’est pas toujours évident pour les patients de respecter les prescriptions et les conseils liés à la prise de ces de ces médicaments.
Une fois de retour chez eux, les patients peuvent être démuni si leurs pharmaciens extérieur ne peur prodigue aucun conseil.
Malheureusement, tout allons apprendre tout comme Midori qu’il y a un monde entre les pharmaciens des hôpitaux et ceux qui travail en pharmacie.
Midori crois à tords qu’ils manquent de considérations pour leurs patients mais la vérité est qu’au delà de l’humain il y a des contraintes environnementales : beaucoup de ventes sans ordonnances, la préparations des médicaments pour le lendemain, les entrées en stocks, des horaires difficiles, un manque d’employés etc…
( On notera que visiblement les médicaments ne sont pas donné sous forme de boîte, mais les sachets sont distribués à l’unité
Nous apprenons aussi que au Japon, seuls les pharmacies certifiées par le ministère de la santé peuvent être affiliées aux assurances maladies. )
Tout cela fait qu’ils ne peuvent pas poursuivre le même idéal d’être proche de chacun des patients.
Seno devant la détresse de Midori va lui proposer d’organiser des séminaires avec les différents pharmaciens pour qu’ils puissent se rencontrer afin de connaître le travail de chacun.

Nous apprenons ensuite l’existence de la CCARP.
La CCARP est une commission de contrôle de l’accueil et de la relations aux patients.
Je ne sais pas du tout si cela existe en France mais c’est une institution qui a pour mission de contrôler le respect des procédures relatives à l’image de l’hôpital, notamment l’hygiène générale des différents services mais aussi des bonnes manières et le respect du code vestimentaire du personnel.
Chapeauté par la directrice de la commission rattachée au service infirmier, elle est composée d’une ou deux personnes représentantes de chaque service qui suivent des stages de bonnes manières, mènent des enquêtes auprès des patients et font des tournées d’inspection dans les service.
Bien évidemment certains enfreignent les limites notamment du côté des médecins et Midori est bien décidé à défendre son point de vue selon lequel l’image peut aider dans la relation avec le patient, avec notamment de petits détails qui permettent d’engager une conversation.

Pour finir, le dernier aspect abordé dans ce tome déjà bien complet, c’est le coût des médicaments à travers l’histoire d’un jeune futur père de famille mangaka à ses heures qui suite à un soucis cardiaque va se retrouver avec des médicaments à vie, ce qui peut représenter un coût énorme.
Afin de réduire ce coût Midori va proposer le traitement au prix le plus intéressant pour son patient afin de le déculpabiliser pour qu’il le prenne notamment en utilisant des génériques.

On apprend également l’existence d’un dispositif appelé « Direct Primary Care », cela permet aux patients d’être facturés d’un montant préalablement fixé par l’état en fonction du type de maladie, ce montant ne change donc pas selon les médicaments prescrits ou le nombre d’examens effectués. Ce système permet d’éviter les trop grandes disparités des coûts entre les hôpitaux, et évite les examens et médications superflus.

Nous retrouvons une postface du pharmacien conseil et l’on apprend via plusieurs planches que la dessinatrice ne connaissait rien aux pharmaciens hospitaliers à la base et qu’en fait nous découvrons tout comme elle les aspects de ce fabuleux métier.

A bientôt pour le tome 3 qui parlera de la Grippe !
Chaque année, le Japon fait face à une épidémie de grippe. A l’hôpital Yorozu aussi, on doit affronter une importante vague et les patients viennent en masse. Les pharmaciens font bloc pour gérer l’affluence, mais l’excès de travail les épuise.C’est dans ce contexte qu’arrive une patiente ne voulant rien croire d’autre que e qu’elle lit sur Internet…

Personnages

Midori Aoi

Sans titre 3

Après avoir passé 6 ans d’étude à l’université, elle a été admise au concours national et a passé plusieurs diplômes, ce qui lui a permis d’obtenir un poste dans le centre hospitalier de son choix.
Contrairement à beaucoup de pharmaciens autour d’elle, Midori est habitée par une réelle passion de son métier dans lequel elle souhaite s’épanouir. ( Ce n’est pas tout le monde qui va par exemple connaître le goût des médicaments… )
Elle en a parfaitement compris les enjeux et les difficultés, et c’est au contact des patients qu’elle va apprendre à se perfectionner, à corriger ses erreurs, etc…
C’est une personne très à l’écoute et impliquée dans le bien être de chacun de ses patients, elle est proche d’eux et s’inquiète pour eux, ce qui peut même la pousser à faire de véritables recherches afin de trouver ce qui ne semble pas fonctionner.
Elle se démarque des autres, et c’est d’ailleurs pour cela qu’elle semble intéresser pas mal de monde autour d’elle, dont Seno à qui elle voudrait ressembler, qui voit en elle énormément de potentiel.
Elle n’hésite pas à dire ce qu’elle pense et à affronter sa hiérarchie.

Seno

Sans titre 4

C’est un collège à Midori mais aussi son supérieur qui voit en elle beaucoup de potentiel. J’ai même l’impression qu’il voit en elle celui qu’il était, et tout deux semble donc partager un même idéal de la profession. Il ne va pas hésiter à la protéger dans l’ombre.
Si certains le trouve encombrant car il n’hésite pas à dire les choses, le service pharmacie a une image positive de lui, les gens ont confiance en lui et il est indispensable au fonctionnement de l’hôpital.
Tout comme Midori il est très impliqué dans son travail, et ne lésine pas sur les heures supplémentaire, c’est un accros au boulot, et beaucoup lui demande conseil.

Toyonaka

Sans titre 17

C’est une infirmière urgentiste qui semble assez proche de Seno, ils ont le même âge mais nous n’en savons pas beaucoup plus sur leur relation.
Elle semble apprécier le caractère de Midori notamment quand celle-ci ose dire ce qu’elle pense face à sa hiérarchie.

Kariya

Sans titre 16

Elle gère la pharmacie de l’hôpital et n’apprécie pas forcément le comportement de Midori. Pour elle , l’efficacité semble être le plus important, contrairement à Midori qui s’attardera plus à l’humain.
Avant de venir dans l’hôpital où elle travaille actuellement avec Midori, elle était responsable d’une grande pharmacie.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur le personnel de l’hôpital, n’hésitez pas à lire la présentation faite par Esprit Otaku sur le site des éditions Meian en cliquant sur l’image ci-dessous.

Sans titre 1

Unsung Cinderella – Tome 1
Date de parution : 17/12/2020

Parce qu’il n’y a pas que les médecins qui peuvent aider les malades !

Midori Aoi est pharmacienne hospitalière depuis maintenant deux ans. Énergique et motivée, elle prend son travail très à coeur, mais est également frustrée de ne pas pouvoir aider plus directement les patients. Du fait de sa profession, elle se retrouve systématiquement en second plan, derrière les médecins, alors qu’elle est habitée par la même volonté que ces derniers : aider les patients. Elle passe par conséquent beaucoup de temps avec chacun d’entre eux, ce qui lui vaut régulièrement des remontrances de sa hiérarchie, sans pour autant entamer sa détermination !

Bien qu’ils jouent un rôle secondaire, ils constituent le « dernier rempart » qui protège notre quotidien.

Unsung Cinderella – Tome 2
Date de parution : 24/02/2021

Il y a des « quotidiens » dont la pérennité ne peut être garantie que grâce aux pharmaciens.

En contrôlant les médicaments pris quotidiennement par un patient externe, Midori découvre plusieurs anomalies. Elle demande des comptes au pharmacien qui a délivré ces médicaments, mais celui-ci la ramène à la dure réalité : « En pharmacie d’officine, il est impossible de poursuivre les même idéaux que les pharmaciens hospitaliers »…

Unsung Cinderella – Tome 3
Date de parution : 20/04/2021

Est-elle prête à accompagner ses patients jusqu’au bout… ?

Midori prend en charge Juri, une jeune fille présentant des troubles du comportement alimentaire. Elle s’est renfermée sur elle-même depuis que sa famille a décidé de ne pas annoncer à son grand-père qu’il est mourant. Pour que Juri retrouve une vie normale, Midori va devoir faire face à l’inévitable épreuve de la fin de vie.

Unsung Cinderella – Tome 4
Date de parution : 23/06/2021

Ne laisse pas les autres décider pour toi du rôle que tu as à jouer.

Une jeune femme du nom de Haruna est admise aux urgences suite à une overdose de médicaments. Son rétablissement est en bonne voie, mais il faut remplir les lits du service. Les médecins lui conseillent alors une hospitalisation dont elle n’a pas besoin. Midori a beau s’indigner, Haruna accepte, laissant entrevoir la silhouette d’une patiente qui ne souhaite pas guérir…

Je vous invite à suivre Meian sur les réseaux sociaux…

04 01 03 02

Je remercie les éditions Meian de m’avoir fait parvenir gratuitement ce tomes.

N’hésitez pas à me dire ce que vous en pensez, si vous avez des questions à me poser je suis à votre disposition.
CatZ

15 réflexions sur “Unsung Cinderella

    • Oui, je trouve aussi. C’est important.
      Encore plus de nos jours, et c’est marrant car le manga date d’avant toute la crise qui existe et le prochain tome parlera d’une épidémie de Grippe. Je suis très curieuse de voir ce que cela donne… Ce type de manga où l’on apprend des choses est vraiment intéressant, c’est un très joli support et ils méritent qu’on en parle.

      J’aime

    • Bah pour commencer faudrait déjà lui proposer des titres destinés à son âge, ses goûts etc… Je sais que le miens en lit, mais il ne lit pas n’importe quoi non plus ,et ses préférences ne sont pas les miennes ni celles de son père. D’autant que chaque mangaka à son propre style…

      J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s